Aimer sans s’engager ce n’est pas aimer. C’est facile de dire « Je t’aime »; pour certaines personnes cela n’est pas facile de prononcer, mais ils le manifestent, ils sont affectueux, ils font des cadeaux, quand il y a une incompréhension, ils demandent pardon parce qu’ils ont comprit qu’un engagement est une décision sérieuse et que selon la parole de Dieu la désobéissance est aussi coupable que la divination (1 Samuel 15:23).

Aimer c’est le premier et le plus grand commandement de Dieu (Matthieu 22:38) Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Aimer c’est haut et fort, c’est puissant, c’est beau… N’est-ce pas ! Je tiens à bien préciser qu’il n’existe pas d’amour sans engagement. C’est la profondeur de notre engagement qui donne la mesure de notre amour. Combien de fois ai-je entendu des gens dire : « J’ai aimé autrefois mais on m’a blessé. » « Les occasions d’etre blessé sont inévitables ». Au cours de notre marche, il y aura des moments où nous verrons même des gens vertueux passer des jours difficultés.

Tant que nous vivrons sur terre, nous ne cesserons jamais de trouver sur notre route des pierres d’achoppement. Ce n’est pas sur les rochers que les gens trébuchent, mais sur les pierres, sur des petites choses. Trébucher, c’est s’arrêter de marcher et tomber. Avons-nous trébuché dernièrement sur la faiblesse où le péché de quelqu’un ? Nous sommes-nous relevé et avons-nous continué à aimer comme auparavant ou cette chute nous a-t-elle fait prendre un peu de recul dans notre recherche de l’amour ? Pour sauvegarder la qualité de l’amour que nous avons dans le cœur, nous devons pardonner à ceux qui nous ont fait trébucher.

Chaque fois que nous refusons de pardonner ou de fermer les yeux sur une faiblesse d’autrui, non seulement notre cœur s’endurcit envers autrui mais il s’endurcit envers Dieu.