[ A+ ] /[ A- ]

Esaïe 43 : 18-19
Ne pensez plus aux événements passés, Et ne considérez plus ce qui est ancien. Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d’arriver : Ne la connaîtrez -vous pas? Je mettrai un chemin dans le désert, Et des fleuves dans la solitude.

Lorsque nous venons à Christ, Dieu nous donne une vie nouvelle et commence une œuvre de restauration. Seulement, bon nombre de gens retiennent Dieu de les bénir, car ils ressassent sans cesse les douleurs du passé, les torts et les injustices subis ou les erreurs qu’eux-mêmes ont commises.

Vous ne pourrez jamais recevoir le nouveau de Dieu tant que vous serez encore dans l’ancien.

Une femme s’avança un jour devant l’autel, afin que l’on prie pour elle. Elle avait connu autrefois une liaison douloureuse, et souhaitait refaire sa vie avec un homme maintenant qu’elle était chrétienne. Quelques semaines plus tard, elle rencontra un chrétien admirable, mais celui-ci, excédé, finit par rompre cette relation. Il dit « Je désirais m’engager envers cette femme, mais elle ne cessait de pleurer et ressasser son passé, encore et encore. »

Votre vie suivra vos pensées, et si vous ne délogez pas les cadavres de votre armoire, vous vous enliserez dans la médiocrité et ne recevrez jamais les bonnes choses que Dieu vous réserve. L’apôtre Paul lui-même dut considérer son passé comme de la boue, afin d’embrasser l’avenir brillant que Christ lui offrait (Philippiens 3.7-8). Votre passé est derrière vous, et il n’y a plus rien que vous puissiez faire à son sujet. En revanche, vous pouvez faire quelque chose pour votre avenir. Une femme exemplaire s’est illustrée sur ce point, il s’agit de Ruth.

Ruth, une femme moabite, avait épousé un hébreu, mais celui-ci mourut et le pays de Moab souffrait de famine. Elle se rendit alors en Israël avec sa belle-mère Naomi, car l’Eternel avait rendu le pays prospère. Ruth fit tout ce qu’elle put pour retrouver sa prospérité d’antan, et prit soin de sa belle-mère qu’elle aimait beaucoup. Boaz, un riche parent de Naomi, était un homme bon, et il fut touché par sa détermination, son courage et sa bienveillance envers Naomi. Il la prit alors sous son aile, et finit par en tomber amoureux. Tous les malheurs de Ruth prirent alors fin, et elle trouva à nouveau l’amour et la richesse. Leur fils fut Obed, grand-père de David, une descendance messianique au bout de laquelle sortirait Christ le Sauveur.

Ruth aurait pu sombrer dans l’immobilisme et dire « Pauvre de moi. Mon bien-aimé est mort et je suis sans ressources. Je n’ai plus qu’à attendre la mort.», mais elle s’est arrachée à la pesanteur de son passé, et a embrassé avec force l’avenir nouveau que Dieu lui offrait. Son mauvais environnement n’a pas pu la retenir.

Boaz n’était pas seulement un riche parmi des riches, mais un homme influent et puissant, car il avait la charge de superviser tout le pays. Dieu a pour vous un Boaz. Christ ne vous donne pas la vie seulement, mais la vie en abondance (Jean 10.10), il verse dans votre sein une coupe serrée, secouée et qui déborde (Luc 6.38). Mais il y a une condition à cela : se débarrasser du passé et embrasser la solution en Christ. Jésus a dit la chose suivante :

« Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez du repos pour vos âmes. »

Matthieu 11 : 28-29
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

Christ veut restaurer votre âme (émotions, sentiments, souvenirs) et pourvoir à vos besoins, mais pour cela vous devrez coopérer avec lui en recevant ses instructions et en portant son joug. Ce qui désigne votre expectative et votre foi en lui, ainsi que l’obéissance à ses directives. Or, Christ ne vous demandera jamais de ressasser les blessures passées, car la foi est résolument tournée vers le positif.

Un homme vint un jour vers Jésus et lui dit « Je veux devenir ton disciple et te suivre, Seigneur, mais permets-moi d’abord de régler les affaires de ma maison et de faire mes adieux à ma famille. » Mais Jésus lui répondit :

« Celui qui commence à labourer et regarde en arrière n’est pas prêt pour le royaume de Dieu. » Luc 9.62 (Parole vivante)

Vous devez confesser les promesses de Dieu contenues dans sa Parole, et cesser de parler de vos problèmes ou de vos douleurs passées. Vous attirez à vous et donnez de la puissance à ce que vous magnifiez, soit les souffrances, soit la victoire qui se trouve en Christ.

La vie n’est pas juste, mais personne n’a dit qu’elle l’était. Nous avons tous subi des injustices, et des gens nous ont critiqués, trahis ou brimés, ou bien nous avons perdu un être cher ou traversé une longue maladie. Mais nous pouvons refuser de laisser notre passé empoisonner notre présent, tout comme le fit Joseph.

Joseph avait un appel de Dieu pour devenir gouverneur en Egypte et rendre son peuple prospère, mais ses frères devinrent jaloux et attentèrent à sa vie. Il fut séquestré, vendu comme esclave puis emprisonné, mais jamais il ne devint aigri et négatif, c’est pourquoi Dieu l’a béni et a accompli finalement ses promesses pour sa vie. La vie fut ingrate envers lui et il ne méritait pas cela, mais il ne broncha pas, car il savait que son Dieu lui ferait justice tôt ou tard.

Dieu est votre justice. Il a vu les larmes que vous avez versées, et il vous dédommagera pour les récoltes que la sauterelle a dévorées (Joël 2.25).

Il est normal de souffrir un temps au sujet d’un évènement blessant, mais pas que ce deuil s’éternise. Ne soyez pas un captif de votre passé, et faites de chaque jour un nouveau commencement. Pardonnez à ceux qui vous ont blessé, et recevez la grâce pour vous-même. Oubliez vos échecs et les déceptions d’hier. Dieu vous propose une vie toute nouvelle en Jésus Christ.

Olivier Moulin