[ A+ ] /[ A- ]

Ephésiens 3. 13

Aussi je vous demande de ne pas perdre courage à cause de mes tribulations pour vous: elles sont votre gloire.

Un jour, une fille se plaignait à son père de la vie : tout était si dur, elle ne savait plus quoi faire. Dès qu’un problème semblait résolu, un autre surgissait. Marre de se battre, toujours et encore. Envie d’abandonner.

Son père l’amena à la cuisine. Il remplit 3 casseroles d’eau, et les mit à bouillir. Dans la première, il mit des carottes. Dans la deuxième, des oeufs. Et il jeta dans la troisième une poignée de grains de café moulus. Il s’assit là, sans rien dire, et les regarda bouillir longuement.

Sa fille observait, impatiente, ne disant rien. Puis, au bout de 20 minutes, le père se leva, éteignit le gaz, et sortit les carottes sur une assiette. Il sortit aussi les oeufs, puis filtra le café dans un bol. Il se retrouna vers sa fille et lui demanda  » Et maintenant, que vois-tu ? »

« Je vois des carottes, des oeufs, et du café » répondit-elle.

Il lui demanda de s’approcher. « Touche les carottes ». Elle les prit sous ses doigts, et sentit qu’elles étaient tendres.

Il lui demanda de prendre un oeuf et de le casser. Après l’avoir épluché, elle vit que l’oeuf était dur.

Puis il lui dit de boire le café. Elle le fit, souriant, et humant le riche arôme du café brûlant.

« Mais qu’est-ce que tout cela veut dire , Papa ? »

« Tous ont eu à faire face à l’adversité : l’eau bouillante. Mais chacun y a réagi de façon différente ».

La carotte au départ était roide, dure, rigide. Mais après avoir été plongée dans l’eau chaude, elle s’était amollie et devenue toute tendre.

L’oeuf au départ était fragile. Il n’avait qu’une petite coquille toute mince pour protéger son intérieur liquide et tremblant. Mais après avoir séjourné dans l’eau bouillante, l’intérieur s’était durci.

Quant aux grains de café moulus, ils étaient un cas à part. C’est en bouillant avec l’eau qu’ils en changèrent le goût.

« Et toi, qui es-tu ? Quand les difficultés se présentent devant toi, réagis-tu comme une carotte, un oeuf, ou du café ? »

Et vous ?

Etes-vous comme la carotte, qui a l’air dure et résistante au début, mais qui perd sa force et est altérée face aux malheurs ?

Etes-vous comme un oeuf, avec un coeur tout tendre et presque dégoulinant ? Mais qui après un deuil, un divorce, ou une période de chômage, devient tout dur et sec. Votre coquille extérieure est toujours la même, blanche et lisse, mais votre intérieur n’est qu’un désert d’amertume.

Ou bien êtes-vous comme le café ? Quand l’eau bout à 100°C, les grains en changent la couleur et le goût, et dégagent alors toute leur saveur. Plus l’eau est chaude, meilleur c’est.

Si vous êtes comme le grain de café, vous serez capables de vous sortir des pires situations, et de faire le bien autour de vous, même dans ces moments-là.

Quand les gens disent du mal de vous, quand vous vous trouvez dans l’épreuve, est-ce que vos prières à Dieu continuent?

Comment gérez vous les ennuis qui vous arrivent ? A la manière, d’une carotte, d’un oeuf, ou d’un grain de café ?

Jean 16. 33

Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j’ai vaincu le monde.

source : appel-esperance.org