[ A+ ] /[ A- ]

Dans ce domaine où l’on occupe les chrétiens d’eux-mêmes, il est un sujet, celui de la souffrance, exploité dans ces derniers temps plus que jamais. La souffrance étant pénible à notre nature humaine, créée, jadis pour vivre sur cette terre et pour en jouir, on comprend que les hommes prêtent facilement l’oreille à tout ce qui leur est proposé pour en être délivrés. C’est dans ce but que l’on insiste sur les passages relatifs à la prière où Dieu promet de répondre à ceux qui s’adresse à Lui avec foi.

Voyons d’abord ce que dit l’Ecriture au sujet de la souffrance: elle nous enseigne que toute épreuve est, dans la main de Dieu, un moyen de bénédiction dont les conséquences sont éternelles pour l’âme. La maladie, bien qu’elle soit la conséquence du péché comme la mort, est comprise dans les épreuves que le Seigneur nous dispense pour atteindre ce but.

Au (chap.8 de l’épître aux romains où il est parlé des souffrances inhérentes à cette création déchue qui soupire et au milieu de laquelle nous soupirons aussi, attendant la délivrance de notre corps, il n’est pas dit que Dieu supprimera la souffrance pour ses enfants, mais qu’il fait travailler ensemble toutes choses au bien de ceux qui L’aiment. (v.28.) en 2 Cor.4, 17-18