[ A+ ] /[ A- ]

Chapitre 4 -Aspects pratiques du message de la croix

J’aimerais à présent aborder des aspects pratiques. Il est nécessaire d’annoncer le message de la Croix. Mais il est encore plus nécessaire qu’il soit vécu de manière concrète dans notre vie de tous les jours. Je peux avoir compris ce message, je peux même l’avoir compris d’une manière spirituelle. Encore faut-il qu’il se traduise dans ma vie de tous les jours. Ceux qui me regardent, moi qui suis chrétien, doivent voir Jésus-Christ en moi. Il est donc indispensable que ma chair ne soit plus un obstacle à la manifestation de Jésus-Christ. Le Seigneur Jésus doit Se manifester à travers moi, comme à travers nous tous qui sommes Ses enfants.

J’aimerais commencer par citer un passage de l’épître aux Galates :

O Galates dépourvus de sens ! Qui vous a fascinés, vous, aux yeux de qui Jésus-Christ a été peint comme crucifié ?

Gal 3 : 1

Paul leur avait prêché le message de la Croix. Paul les avait amenés au Seigneur. L’une des premières choses que Paul faisait, quand il effectuait ses voyages missionnaires, était de prendre à part les disciples et de les instruire dans la Parole du Seigneur. Le premier message qu’il leur transmettait était celui de Jésus-Christ crucifié. Il leur expliquait les révélations que le Seigneur lui avait faites. Paul leur a dit, en quelque sorte : « Je vous ai expliqué ce qu’était l’œuvre de Jésus à la Croix. À présent, Galates insensés (cela signifie en réalité « stupides »), après avoir écouté le message de la Croix, voilà que vous n’obéissez plus à la vérité. Vous aviez bien commencé votre vie spirituelle avec Christ. Mais à présent, vous êtes retombés dans les ornières de la chair. Vous êtes retournés dans quelque chose que vous aviez quitté. »

Mais Paul prend la peine ensuite de leur expliquer où se trouve la vérité. Il leur montre ce qu’ils devraient faire, s’ils veulent rester dans la volonté du Seigneur et Lui être agréables.

Voilà seulement ce que je veux apprendre de vous : Est-ce par les œuvres de la loi que vous avez reçu l’Esprit, ou par la prédication de la foi ? Etes-vous tellement dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ?

Gal 3 : 2-3

Est-ce par votre intelligence spirituelle que vous raisonnez, ou par votre intelligence humaine, charnelle ? Est-ce que vous avez reçu l’Esprit par les œuvres de la loi ou par la prédication de la foi ? Le message de la Croix nous est donné par la Parole de Dieu. Ensuite, le Saint-Esprit, qui est en nous, nous le révèle dans le cœur. Paul leur explique donc qu’ils ont reçu l’Esprit par la prédication de la foi, et non par les œuvres de la loi.

Le Saint-Esprit veut illuminer notre intelligence spirituelle, par une révélation directe dans notre cœur. Nous devons ensuite nous saisir de cette révélation, nous en emparer par la foi. Il en est de même pour le message de la Croix. Nous ne pourrons pas mettre en pratique le message de la Croix en accomplissant des œuvres. On peut très bien avoir compris intellectuellement le message de la Croix, et dire : « J’ai compris que je dois mener une vie crucifiée. Je prends la résolution de le faire. Je vais m’efforcer de le faire dans tous les aspects de ma vie. » Mais j’agirai alors par des œuvres de la chair, et non par la foi. Le Saint-Esprit me communique cette foi quand mon intelligence spirituelle a été illuminée, et quand mon esprit a pleinement reçu le message de la Croix.

Paul explique ensuite un peu plus loin ce qu’il veut leur dire :

Etes-vous tellement dépourvus de sens ? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ?

Gal 3 : 3

Il y a deux manières de vivre le message de la Croix : une manière spirituelle, par la foi, et une manière charnelle et légaliste, par la loi et par des commandements.

Avez-vous tant souffert en vain ? Si toutefois c’est en vain. Celui qui vous accorde l’Esprit, et qui opère des miracles parmi vous, le fait-il donc par les œuvres de la loi, ou par la prédication de la foi ? Comme Abraham crut à Dieu, et que cela lui fut imputé à justice, reconnaissez donc que ce sont ceux qui ont la foi qui sont fils d’Abraham.

Gal 3 : 4-7

Nous pourrons donc vivre pleinement tout le message de la Croix, si nous le recevons par la foi, et si nous le vivons par la foi. On revient donc toujours au problème de la foi. Tout l’héritage de Christ, à commencer par le salut, doit être reçu par la foi.

Vous pourriez alors me dire : « Me voici à la case départ ! Que faire pour avoir cette foi ? Je veux bien avoir la foi, puisque je ne peux vivre le message de la Croix que par la foi. Que faire donc pour avoir la foi ? »

Paul leur dit ensuite :

Aussi l’Ecriture, prévoyant que Dieu justifierait les païens par la foi, a d’avance annoncé cette bonne nouvelle à Abraham : Toutes les nations seront bénies en toi ! De sorte que ceux qui croient sont bénis avec Abraham le croyant.

Gal 3 : 8-9

Nous sommes tous fils et filles d’Abraham par la foi. Le Seigneur nous révèle Sa Parole comme Il l’a révélée à Abraham. Abraham a cru. Grâce à la foi d’Abraham, Dieu a fait de grandes choses dans sa vie, des choses tellement grandes que le Messie est sorti de sa descendance. Les promesses qui avaient été faites à Abraham ont toutes eu leur accomplissement en Jésus. Le Seigneur, par Sa venue et Son sacrifice, a pu nous ouvrir toutes grandes les portes du ciel, de la marche par l’Esprit, de la marche crucifiée, etc…

Tout nous est donc donné par la foi, pour que ce soit par grâce. Paul dit, au verset 10 :

Car tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction ; car il est écrit : Maudit est quiconque n’observe pas tout ce qui est écrit dans le livre de la loi, et ne le met pas en pratique.

Gal 3 : 10

Nous devons donc être prudents, lorsque nous exhortons les Chrétiens à mettre en pratique la Parole et à ne pas seulement l’écouter. Il est vrai que nous devons mettre la Parole en pratique. Mais il y a une manière légaliste et une manière spirituelle de la mettre en pratique. Sous la loi de Moïse, Dieu avait donné des commandements. La seule chose que les Hébreux devaient faire était mettre en pratique la Parole de Dieu. Ils s’efforçaient de le faire, mais ne pouvaient pas y parvenir, parce qu’ils n’étaient pas nés de nouveau ni baptisés du Saint-Esprit, comme l’Eglise de Jésus-Christ peut l’être.

Les Chrétiens ne doivent donc pas s’efforcer de mettre en pratique la Parole du Seigneur comme le faisaient les Juifs de l’ancienne alliance. Nous ne devons pas recevoir la Parole de Dieu comme une loi extérieure, en nous efforçant de la mettre en pratique le mieux que nous pouvons. Nous pourrons peut-être alors parvenir à mettre en pratique un certain nombre de commandements du Seigneur, mais nous ne pourrons jamais atteindre la perfection, ni la pleine mesure de la stature parfaite de Christ. Nous nous mettrons sous une loi, et nous ne marcherons jamais par l’Esprit. Nous resterons sous la malédiction. Nous devons bien comprendre cela.

Cependant, nous ne devons pas aboutir à un constat d’impuissance, et nous réfugier dans une grâce à bon marché, tout en vivant dans une vie de défaite et de compromis. Nous devons comprendre que nous ne pouvons mettre pleinement la Parole de Dieu en pratique que par la foi. Mon intelligence spirituelle doit être illuminée, pour que je sache dans mon esprit ce que Dieu me révèle par Sa parole et Son Esprit. Comme la foi véritable produit toujours les œuvres correspondantes, je verrai s’accomplir ce que je crois.

La Parole de Dieu a été inscrite dans nos cœurs lors de notre nouvelle naissance. En outre, le Saint-Esprit qui nous enseigne toutes choses est venu habiter dans nos cœurs. Nous pouvons recevoir la foi du Seigneur Jésus, qui est l’auteur de la foi, et qui l’amène à la perfection. Cette foi permet à la vie de Jésus de couler en nous. Cette vie nous introduit naturellement dans les œuvres de Jésus, celles que le Père a préparées d’avance pour nous.

Si je veux mettre en pratique la Parole de Dieu sans avoir la foi, je me place sous une loi. La vie de Jésus sera absente. J’adopterai une attitude légaliste. Je resterai donc dans la mort de la chair. Je me remettrai sous une malédiction, alors que le sacrifice de Jésus à la Croix avait détruit cette malédiction. Mon obéissance ne résultera pas d’une attitude de foi. Je mettrai en pratique la Parole de Dieu comme un commandement auquel je dois obéir. Cela ne sera pas une œuvre de foi, puisque la vraie foi produit toujours l’œuvre correspondante.

C’est pourquoi Paul dit aux Galates :

Tous ceux qui s’attachent aux œuvres de la loi sont sous la malédiction.

Gal 3 : 10

Cela va très loin ! La loi dit : Celui qui ne met pas les commandements de Dieu en pratique est maudit. Sous l’Ancien Testament, les Juifs pieux s’efforçaient de mettre la Loi en pratique, sans jamais pouvoir pleinement satisfaire les exigences absolues de Dieu. Le Seigneur avait voulu cela, pour révéler aux hommes leur nature de péché, et leur montrer qu’il leur était impossible d’obéir parfaitement à la Loi de cette manière. Dieu a enfermé tous les hommes dans le péché, pour leur faire miséricorde à tous.

Il fallait que le Seigneur Jésus vienne dans la chair. C’est par Jésus qu’ont été révélées la grâce et la vérité. Par la repentance et la foi en Jésus, les hommes ont eu accès à la nouvelle naissance. En donnant une Loi qui était bonne et parfaite, Dieu a voulu montrer aux hommes qu’ils ne pouvaient pas obéir à la Loi par leur propre volonté, s’ils n’étaient pas nés de nouveau. Les hommes s’y sont efforcés pendant des siècles. Ils n’ont pas réussi. Mais ils ont compris qu’ils avaient besoin d’une autre manière d’obéir à la Loi.

Si nous voulons pratiquer la vie crucifiée et marcher par l’Esprit, tout en adoptant une attitude légaliste, nous ne parviendrons pas à obéir à tous les commandements de la Loi. Un seul y est parvenu, le Seigneur Jésus. Notre détermination, nos résolutions, et notre bonne volonté, n’y feront rien. Si l’on s’engage sur le chemin de la loi, on s’engage sur un chemin de malédiction. Ce n’est pas ainsi que Dieu veut nous apprendre la marche par l’Esprit.

Paul leur dit donc : « Galates, vous êtes insensés ! Vous aviez commencé à marcher par l’Esprit, mais vous remettez à nouveau sous le joug de la loi. Vous êtes donc maudits ! »

Paul ajoute :

Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois.

Gal 3 : 13

Pourquoi le Seigneur Jésus a-t-Il été maudit ? Pour que la bénédiction d’Abraham ait, pour les païens, son accomplissement en Jésus, et que nous recevions par la foi l’Esprit qui avait été promis. Les Galates ne L’avaient donc pas reçu, avant de croire, comme ils ont pu Le recevoir quand ils ont cru.

Toute la marche par l’Esprit, toute la vie crucifiée, ne peuvent se vivre concrètement que par l’action en moi du Saint-Esprit, que j’ai reçu par la foi en Jésus-Christ. Non seulement le Saint-Esprit va me révéler les œuvres de Jésus, mais Il va me permettre, par la foi, d’entrer dans ces œuvres et de marcher vraiment par la foi. Je vais pouvoir concrètement, dans ma vie de tous les jours, marcher dans la vie crucifiée. Parce que je crois, je peux entrer dans les œuvres de Dieu. Ce n’est qu’ainsi que le Seigneur pourra faire un travail parfait en moi, pourvu que je reste toujours dans la foi, les yeux fixés sur Jésus et Sa Parole.

Peut-être trouvez vous ces choses un peu compliquées à comprendre ? Ne soyez pas inquiets ! Le Saint-Esprit va nous les expliquer, nous les révéler et nous les enseigner. Si, comme le dit la Parole, nous croyons du cœur qu’en Christ nous sommes crucifiés et ressuscités, si nous gardons les yeux sur Jésus, nous pourrons rester dans une position de victoire. Chaque fois que la tentation de douter ou de craindre se présentera, si nous gardons la Vérité reçue par la foi en permanence, nous régnerons dans la vie. La vie de Christ s’écoulera en abondance en nous, et nous ne pratiquerons pas le péché, parce que nous avons compris quelle est notre position en Christ. Nous occupons cette position par la foi.

Il en est de même pour toutes les promesses du Seigneur : le salut, la guérison, la délivrance de toute oppression démoniaque, etc… Comment avons-nous reçu le salut ? Par la foi ! Nous avons reçu la prédication de l’Evangile par la foi. Elle nous a fait comprendre que Jésus était mort pour nous, que tous nos péchés passés ont été effacés par le sang de Jésus, et que nous pouvions demander pardon à Dieu pour nos péchés. La Parole de Dieu nous dit :

Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.

1 Jean 1 : 9

Je ne dois pas attendre de sentir qu’il se passe quelque chose, mais je dois me saisir par la foi des affirmations et des promesses de la Parole de Dieu. À partir du moment où je les ai saisies par la foi, le Saint-Esprit fait une œuvre en moi. Il me donne la conviction que je suis vraiment enfant de Dieu, simplement parce que j’ai reçu, par la foi, le message de la Parole. C’est ainsi que nous recevons le salut.

Certains s’efforcent de marcher dans une vie chrétienne apparemment bonne, mais ils ne sont pas nés de nouveau. Ils n’ont pas reçu la vie de l’Esprit. Ils sont peut-être nés dans une famille chrétienne, ils fréquentent une Eglise, ils savent que Jésus est le Sauveur, ils connaissent tout ce que Jésus a fait, mais ils ne sont pas nés de nouveau. Ils n’ont pas saisi dans leur cœur, par la foi, le message de la mort et de la résurrection de Jésus. Il n’y a pas eu en eux une œuvre profonde de repentance. Ils n’ont pas pleinement reçu dans leur esprit la révélation de tout ce que Jésus a fait. Ils n’ont pas pleinement consacré leur vie au Seigneur.

Je crois qu’il y a un bon nombre de personnes qui sont comme cela dans nos Eglises. Elles ont reçu et compris intellectuellement ou sentimentalement le message de l’Evangile. Mais elles ne se sont pas repenties, elles n’ont pas vraiment donné leur vie au Fils de Dieu. Elles n’ont pas saisi par la foi le message salvateur de l’Evangile. Le Saint-Esprit n’a donc pas pu faire une œuvre de régénération dans leur cœur.

Bien entendu, comme la loi de l’Esprit de Vie en Jésus-Christ n’agit pas dans la vie de ces personnes, elles demeurent toujours soumises à la loi du péché et de la mort. Elles n’ont pas été conduites à la Croix et à la nouvelle naissance.

Ce qui est important, dit la Parole de Dieu, c’est d’être une nouvelle créature en Jésus-Christ. Une fois que nous avons reçu par la foi le salut et la nouvelle naissance, nous avons accès par la foi à toutes les promesses du Seigneur, à tout l’héritage de Christ : la sanctification, la justice de Dieu, la guérison, la délivrance des démons. Dieu veut aussi pourvoir à tous nos besoins, en Jésus-Christ. Toutes les promesses de Dieu sont oui et amen en Jésus-Christ. Dieu promet à celui qui recherche d’abord Son Royaume et Sa justice que toutes choses lui seront données en plus.

Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus.

Mat 6 : 33

Dieu nous présente toutes Ses promesses et Il nous dit : « Je vais pourvoir à tous tes besoins, si tu crois à ma Parole. » Il accomplira exactement tout ce qu’il faut en nous, pour que nous pussions marcher concrètement dans la vie crucifiée.

Il en est de même pour la guérison de nos maladies. Il est écrit :

C’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

Esaïe 53 : 5

Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète : Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies.

Matthieu 8 : 16-17

Nous avons peut-être très bien compris cette Parole, mais nous ne l’avons pas encore saisie par la foi, pour qu’elle soit vraie pour nous personnellement. Nous n’avons pas pleinement compris, par l’Esprit, que toute notre vieille nature a été mise à mort en Christ, et toutes nos maladies ont aussi péri en Lui, puisqu’Il les a portées à la Croix. Nous n’avons pas réalisé, par la révélation du Saint-Esprit, que notre vieille nature a été détruite, en Christ. Toute notre vieille nature, avec ses passions et ses mauvais désirs, avec toutes ses maladies et ses infirmités, a été engloutie dans la mort de Christ et dans le tombeau. Nous n’avons pas compris que le Seigneur Jésus a fait une œuvre nouvelle par Son Esprit en nous. Il a même fait toutes choses nouvelles. Il veut nous rendre héritiers de Dieu. La résurrection nous attend, l’enlèvement nous attend, si nous restons fidèles au Seigneur, et si nous marchons avec Lui dans la foi. Toutes Ses promesses sont pour nous !

Quelle différence entre la marche par la loi, et la marche par la foi ! Celui qui a reçu la réalité de la guérison par la foi le sait dans son cœur. Il n’a pas besoin d’explications supplémentaires ! Même si la guérison n’est pas encore pleinement manifestée, celui qui est dans la foi véritable sait, dans son cœur, que la Parole de Dieu est vraie, que Jésus a pris sur Lui nos maladies et nos infirmités, et que nous avons été guéris par Ses meurtrissures. Si nous sommes dans la foi, nous mettrons naturellement les œuvres en accord avec notre foi. Nous n’aurons pas besoin d’aller trouver un frère et lui demander conseil pour savoir si nous devons consulter un médecin ou prendre des médicaments. Le fait même d’aller le trouver devrait nous prouver que nous ne sommes pas encore dans la foi de Dieu. Certes, nous ne devons pas nous critiquer ni nous juger mutuellement. Mais nous devons nous exhorter dans la foi et nous aider à regarder à Jésus, Celui qui nous donne la foi et qui l’amène à la perfection.

Si tu viens me demander conseil, je te dirai : « Mon frère, ma sœur, continue de t’approcher du Seigneur, prie pour qu’Il fasse dans ton cœur un travail plus profond de révélation de ce qu’il a fait pour toi. Sache quelle est ta position spirituelle en Christ. Reçois par la foi tout ce qu’Il te révèle. » Tu sauras alors, sans l’ombre d’un doute, que Dieu sera fidèle à Sa Parole, pour manifester ce qu’Il a promis. Tu sauras que Dieu n’a pas besoin de la médecine des hommes pour te guérir. Jésus l’a prouvé dans Son ministère terrestre. Il a toujours guéri tous ceux qui le Lui ont demandé, par la seule puissance de Son Esprit.

Aurait-on besoin des psychologues pour nous expliquer en quoi consiste le péché et le salut de Dieu ? Non ! Il s’agit uniquement de l’œuvre de l’Esprit de Dieu, par la prédication de la foi. Quand je reçois par la foi la nouvelle naissance, je dois savoir que toute ma vie passée est morte et enterrée en Christ. Je n’ai pas besoin de passer par une cure d’âme traumatisante, ni par toutes les complications psychologiques de la « guérison intérieure. » J’ai reçu la prédication de la Croix, la prédication de la foi, et cela suffit pour régler tous mes problèmes en Christ, à condition que j’aie la foi.

C’est pourquoi Paul dit ensuite :

Afin que nous recevions par la foi l’Esprit qui avait été promis.

Gal 3 : 14

Puis, au verset suivant :

Frères (je parle à la manière des hommes), une disposition en bonne forme, bien que faite par un homme, n’est annulée par personne, et personne n’y ajoute.

Gal 3 : 15

Personne ne doit ajouter ou retrancher quoi que ce soit à la Parole du Seigneur. Il nous a donné Ses promesses :

Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit : Et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule : Et à ta postérité, c’est-à-dire à Christ.

Gal 3 : 16

Une disposition de Dieu ne peut être changée. Une promesse de Dieu ne peut être annulée. Dieu est fidèle à Sa Parole. Dès qu’Il voit un cœur s’ouvrir à Sa Parole et la garder par la foi, Il accomplira cette Parole dans leur vie. S’Il ne le faisait pas, Sa promesse serait rendue vaine, ce qui est impossible.

Un peu plus loin, nous lisons :

S’il eût donné une loi qui put procurer la vie, la justice viendrait réellement de la loi.

Gal 3 : 21

La loi ne peut jamais donner la vie. La loi est un ensemble de commandements qui sont bons. Mais la loi, en elle-même, donne la mort. Le Seigneur a enfermé tous les hommes dans leur péché, pour que ce qui avait été promis soit donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croient. Le Saint-Esprit veut nous révéler l’œuvre de la Croix, pour que nous puissions nous en saisir par la foi.

Jésus a tout accompli à la Croix pour moi. Il a pris ma vieille nature, Il l’a clouée à la Croix, Il m’a fait mourir avec Lui. Il a obtenu le pardon de mes péchés, la crucifixion de ma chair. Il m’a donné une nouvelle vie, par la nouvelle naissance. Tout est déjà accompli ! Jésus est monté au ciel. Il S’est présenté à Son Père comme un Souverain Sacrificateur accompli. Il Lui a présenté Son propre sang, plus précieux que le sang des boucs et des veaux. Il a fait une expiation parfaite pour tous nos péchés. Il S’est assis à la droite du Père, et nous a fait asseoir avec Lui dans les lieux célestes !

Sur la Croix, Jésus a dit :

Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l’esprit.

Jean 19 : 30

Puisque tout est accompli, le Seigneur Jésus a besoin à présent de notre foi, pour nous permettre d’entrer dans ce « tout accompli. » Comment vais-je pouvoir marcher par l’Esprit, et vivre une vie crucifiée ? Par la foi en ce que Jésus a fait pour moi, et par la foi en ce qu’Il a fait de moi en Lui :

Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ.

Rom 10 : 17

Si la prédication de la Croix est bien faite, et si je l’entends dans mon cœur, la foi va entrer en moi. Je vais alors saisir par la foi ce que j’ai entendu, ce qui m’est annoncé par la Parole de Dieu. Parce que je l’ai saisi par la foi, le Saint-Esprit peut alors accomplir un miracle en moi. Je peux entrer par la foi dans ce que Jésus-Christ a accompli pour moi. Je vais comprendre que cela m’appartient, et je vais le vivre concrètement.

Paul ajoute ensuite :

Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ ; vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ.

Gal 3 : 26-27

J’ai revêtu Christ, si j’ai reçu par la foi que j’ai été baptisé en Lui, dans Sa mort et dans Sa résurrection.

Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. Et si vous êtes à Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.

Gal 3 : 28-29

Nous devenons héritiers par la foi, comme Abraham a reçu son fils par la foi en la promesse de Dieu. Il l’a reçu uniquement par la foi. Il était impossible qu’il le reçoive autrement. Il a cru, il a fait confiance à Dieu. Quand Dieu dit que tu as été crucifié avec Christ, que ta chair est morte et enterrée, qu’Il t’a donné une nouvelle nature, tu dois écouter avec un cœur ouvert, et recevoir ce qu’Il te dit. N’essaie pas de comprendre avec ton intelligence humaine. Reçois la Parole du Seigneur, et dis : « Merci, Seigneur ! »

La manière dont tu écoutes est donc très importante. Cette même Parole retentit aux oreilles de tout homme. Mais comment vas-tu l’écouter, et quel fruit va-t-elle produire dans ta vie ? Le même Saint-Esprit est à l’œuvre dans le monde entier. La bonté de Dieu pousse tous les hommes à la repentance. Elle les pousse aussi à recevoir la révélation de Sa Parole, par Son Esprit. Dieu n’a pas de préférences. Il veut nous traiter tous de la même manière. Quand nous sommes chrétiens, nous sommes tous Ses enfants.

Le fruit que va produire la Parole de Dieu dans ma vie ne dépend donc pas d’abord du Seigneur. Il a déjà tout fait pour nous. Le fruit va dépendre de la manière dont nous allons écouter la Parole de Dieu.

À ce sujet, lisons le passage suivant :

Ses disciples lui demandèrent ce que signifiait cette parabole. Il répondit : il vous a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu ; mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles, afin qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils ne comprennent point.

Luc 8 : 9-10

Nous devons donc comprendre que le Seigneur Jésus veut nous expliquer Sa Parole dans tous les détails, mais à une seule condition : que nous soyons vraiment Ses disciples. Pour connaître les mystères du Royaume de Dieu, les disciples ont simplement interrogé Jésus. Il en est de même pour nous. Disons-Lui : « Seigneur, je ne veux pas me limiter à une compréhension intellectuelle de la Croix et de la marche crucifiée. Je veux vraiment que le Saint-Esprit fasse Son œuvre dans mon cœur, pour que je puisse entrer par la foi dans cette révélation. »

Quand nous sommes de vrais disciples du Seigneur, Jésus va tout nous expliquer. Le Saint-Esprit, qui connaît les profondeurs de Dieu, nous révélera et nous enseignera toutes choses.

Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu.

1 Cor 2 : 10

Le Seigneur va répondre à mes questions. Dieu le fera gratuitement, par grâce. Nous devons donc être certains que nous sommes vraiment des disciples du Seigneur. Nous devons vraiment avoir donné toute notre vie au Seigneur, sans arrière-pensée. Les disciples de Jésus avaient tout quitté pour Le suivre. Ils n’étaient pas encore parfaits, mais ils avaient tout quitté pour Le suivre, pour écouter Sa Parole, pour la recevoir dans leur cœur, et pour Lui demander des explications, s’ils ne comprenaient pas. Jésus a répondu à toutes leurs questions. N’hésitons pas à poser des questions au Seigneur Jésus, si nous ne comprenons pas Sa Parole. Il nous expliquera tout dans le détail.

Voici ce que signifie cette parabole : La semence, c’est la Parole de Dieu. Ceux qui sont le long du chemin, ce sont ceux qui entendent ; puis le diable vient et enlève de leur cœur la parole, de peur qu’ils ne croient et soient sauvés.

Luc 8 : 11

Il s’agissait de gens dont le cœur était sec, comme un chemin bien tassé. Pourtant, ils ont écouté la même Parole que les autres. Le Saint-Esprit était à l’œuvre de la même manière dans leur cœur. Mais celui-ci était tellement dur que la semence de Dieu n’a pu pénétrer en eux, pour prendre racine et porter du fruit.

Ceux qui sont sur le roc, ce sont ceux qui, lorsqu’ils entendent la parole, la reçoivent avec joie ; mais ils n’ont point de racine, ils croient pour un temps, et ils succombent au moment de la tentation.

Luc 8 : 12

Ce sont ceux qui se sont contentés d’une œuvre superficielle dans leur cœur. Elle n’a pas été profonde. Les racines n’ont pas pénétré profondément. Il y avait trop de cailloux dans leur champ. Ces hommes étaient pourtant tout heureux d’entendre la Parole au début. Bien des Chrétiens sont ainsi. Ils écoutent la Parole avec une grande joie. Ils disent : « Ce message de la Croix est fantastique, formidable ! C’est cela qu’il me fallait ! » Puis, quelque temps après, ils ont apparemment tout oublié. Ils succombent au moment de l’épreuve, parce que le travail a été superficiel dans leur cœur. Les racines de la Parole ont été bloquées dans leur croissance, parce qu’il n’y avait pas suffisamment de terre où elles pouvaient plonger profondément. Pourtant, il s’agissait de la même semence, une semence divine de la même qualité.

Ce qui est tombé parmi les épines, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole, s’en vont, et la laissent étouffer par les soucis, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils ne portent point de fruit qui vienne à maturité.

Luc 8 : 14

En tant que chrétiens, nous n’avons pas le droit d’avoir des soucis charnels, et de dire : « Je m’inquiète de savoir ce qui va se passer pour moi, si je vais avoir ceci ou cela. » Paul avait beaucoup de soucis, mais ses soucis étaient spirituels. Il pensait au bien-être spirituel des Eglises. Les Galates lui causaient de grands soucis, parce qu’ils étaient en train de retomber dans la chair. Ce sont de bons soucis spirituels. Mais les soucis de ce monde ne traduisent que l’incrédulité et la crainte : « Est-ce que je vais avoir un bon travail, de l’argent, une bonne couverture sociale, une bonne retraite ? Combien faut-il que je mette de côté, pour tout ce qui se prépare ? »

Dieu ne nous interdit pas de penser à ces choses. Mais si nous nous inquiétons, si notre esprit est trop attaché à ces choses, nous allons étouffer dans notre cœur la bonne semence. Elle ne va pas produire son fruit. Si nous nous laissons prendre par les soucis de cette vie, par le désir de nous enrichir, par les convoitises de ce monde, nous allons en réalité planter dans notre cœur des mauvaises graines qui vont étouffer la bonne semence. La prédication de la Croix restera vaine dans notre vie.

Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, ayant entendu la parole avec un cœur honnête et bon, la retiennent, et portent du fruit avec persévérance.

Luc 8 : 14

Voilà ce qui fait toute la différence ! Un cœur honnête et bon ! Quand le message de la Croix t’est annoncé, ou quand tu entends n’importe quel message de la Parole de Dieu, si tu as un cœur honnête et bon, ce message va se planter en toi et portera immanquablement du fruit. Comprenez-vous l’importance de la manière dont nous entendons ?

La manière dont nous entendons dépend de l’état de notre cœur. Dans quel état se trouve ton cœur ? À quoi penses-tu le plus souvent ? Quelles sont les préoccupations de ton cœur ? Te laisses-tu prendre par les soucis de cette vie, par ses plaisirs et l’attrait des richesses, ou es-tu entièrement consacré à ton Seigneur, pour faire Sa volonté ? Désires-tu vraiment être nourri du lait spirituel d’en haut et de la bonne nourriture solide de la Parole du Seigneur ? Es-tu avide de cette Parole ? Jésus a dit :

Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

Jean 4 : 13-14

Et que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement.

Apo 22 : 17

O vous tous qui avez soif, venez vers les eaux, même celui qui n’a point d’argent ! Venez, achetez et mangez, venez, achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer !

Esaïe 55 : 1

Certains chrétiens n’ont pas soif. Plus exactement, ils ont soif, mais d’autres choses que de la Parole de Dieu. Ils peuvent aussi avoir soif du Seigneur et soif du monde en même temps. Ce genre de soif nous met dans la situation de ceux qui étouffent en eux la Parole, parce qu’il n’y a pas assez de bonne terre dans leur cœur.

L’état de notre cœur est donc extrêmement important. On peut être un Chrétien né de nouveau, et avoir un cœur tordu. On peut être un païen non converti, et avoir un cœur honnête et bon. Attention, je ne dis pas qu’ils ont un cœur justifié, lavé et pur devant Dieu. Non, s’ils sont païens, ils sont encore dans le péché. Leur cœur n’est pas régénéré, mais ils peuvent avoir un cœur honnête et bon.

Certains chrétiens ont vraiment reçu le salut, mais qui n’ont pas un cœur honnête et bon devant Dieu. L’œuvre que le Saint-Esprit veut accomplir dans leur vie est bloquée, parce que leur cœur n’est pas honnête et bon.

Je vais vous donner deux exemples, pour illustrer ce propos.

Le premier, dans Actes 8, au verset 13, quand Philippe est venu prêcher la Parole en Samarie. Il est écrit, à propos de Simon le magicien :

Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé, il ne quittait plus Philippe, et il voyait avec étonnement les miracles et les grands prodiges qui s’opéraient.

Ac 8 : 13

Lisez bien ce verset encore une fois avec moi : « Simon lui-même crut, et, après avoir été baptisé… » Cela ne vous rappelle-t-il rien ?

Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.

Mc 16 : 16

D’après les conditions fixées par Jésus, Simon était donc vraiment devenu chrétien. Mais, tout de suite après, il est dit :

Lorsque Simon vit que le Saint-Esprit était donné par l’imposition des mains des apôtres, il leur offrit de l’argent, en disant : Accordez-moi aussi ce pouvoir, afin que celui à qui j’imposerai les mains reçoive le Saint-Esprit.

Ac 8 : 18-19

Les apôtres avaient certainement le discernement de l’Esprit. Les apôtres n’auraient jamais baptisé Simon, s’ils n’avaient pas compris qu’il avait vraiment cru au message de l’Evangile. Ils savaient pourtant très bien qu’il avait été un grand magicien. Les pasteurs qui auraient agi ainsi aujourd’hui ne sont pas nombreux !

Simon a entendu le message de l’Evangile, il a cru, et Philippe l’a baptisé sur le champ. Il n’a pas dit : « Celui-ci était un grand magicien ! Je vais le faire attendre six mois pour voir s’il est vraiment converti, avant de le baptiser ! »

Qu’aurions-nous fait à la place de Philippe et des Apôtres ?

Mais Pierre dit à Simon :

Que ton argent périsse avec toi, puisque tu as cru que le don de Dieu s’acquérait à prix d’argent ! Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire, car ton cœur n’est pas droit devant Dieu.

Ac 8 : 20-21

Simon était devenu chrétien, mais son cœur n’était pas droit. À cause de ça, il a pensé une chose affreuse. Il a pensé que le don du Saint-Esprit pouvait s’acquérir à prix d’argent. Pierre a bien discerné que son cœur n’était pas droit, et qu’il risquait sa vie, sa vie spirituelle !

Repens-toi donc de ta méchanceté, et prie le Seigneur pour que la pensée de ton cœur te soit pardonnée, s’il est possible ; car je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité.

Ac 8 : 22-23

Ce « s’il est possible » est terrible ! Simon était à la limite de pécher contre le Saint-Esprit ! Pourtant il avait cru et avait été baptisé. Il avait écouté la Parole de Dieu comme les autres. Mais, son cœur n’était pas droit devant Dieu. Il avait un cœur tordu. Il pensait que tout pouvait se régler par de l’argent. Pierre ne lui propose pas une séance de délivrance pour être libéré de ses liens, mais il lui demande de se repentir, et de prier.

La Bible nous parle aussi de païens qui avaient un cœur honnête et bon. Deux chapitres plus loin, dans Actes 10, il est écrit :

Il y avait à Césarée un homme nommé Corneille, centenier dans la cohorte dite italienne.

Ac 10 : 1

C’était un capitaine de l’armée romaine. Il était difficile d’être plus païen ! Dans l’armée romaine, on ne pouvait pas être simple soldat, ni officier, sans offrir des sacrifices aux dieux de Rome et à César. Il fallait reconnaître César comme un dieu et lui offrir des sacrifices. Il n’était pas possible d’être promu sans s’être plié à ces exigences. Ce centenier l’avait sans doute fait honnêtement, parce qu’il pensait qu’il était bon de le faire. Mais il est aussi dit de lui :

Cet homme était pieux et craignait Dieu, avec toute sa maison ; il faisait beaucoup d’aumônes au peuple, et priait Dieu continuellement.

Ac 10 : 2

Pourtant, il n’était pas sauvé, puisque Dieu lui envoie un ange pour lui dire : « Va chercher Pierre, et il va t’annoncer le salut. »

Vers la neuvième heure du jour, il vit clairement dans une vision un ange de Dieu qui entra chez lui, et qui lui dit : Corneille ! Les regards fixés sur lui, et saisi d’effroi, il répondit : Qu’est-ce, Seigneur ? Et l’ange lui dit : Tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu, et il s’en est souvenu. Envoie maintenant des hommes à Joppé, et fais venir Simon, surnommé Pierre.

Ac 10 : 3-5

Cet homme était pieux et craignait Dieu. C’était un païen pieux. On pourrait dire aujourd’hui un bouddhiste pieux, un musulman pieux, etc… Les Romains avaient une religion païenne. Ils avaient une foule de dieux, Jupiter, Mars, etc… Ils leur offraient des sacrifices. Donc, c’était un païen, mais il avait un cœur honnête et bon. Il priait Dieu, comme les musulmans prient Dieu. Je suis sûr qu’il y a des musulmans qui ont le cœur honnête et bon. Ils sont nés dans cette religion et personne ne leur a jamais enseigné autre chose. Mais c’est quand on leur annonce l’Evangile que l’on voit s’ils ont vraiment un cœur honnête et bon. S’ils l’ont, ils vont accepter le message de l’Evangile, parce que Jésus est la Vérité.

C’est ce qu’a fait Corneille. Il était païen, il n’était pas sauvé. Pourtant, il priait Dieu continuellement. Beaucoup de gens ne sont pas sauvés, mais prient Dieu. Ce n’est pas cela qui les sauve. Mais cela montre à Dieu la qualité de leur cœur, et Dieu leur révèle le salut par Jésus-Christ.

Corneille a une vision. Il voit un ange lui apparaître. Beaucoup de Chrétiens aimeraient avoir une telle vision !

L’ange dit à Corneille : « Tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu, et il s’en est souvenu » Mais ce ne sont pas ses prières et ses aumônes qui l’ont sauvé. L’ange dit à Corneille : « Fais venir Simon, surnommé Pierre, pour qu’il te dise ce que tu dois faire pour être sauvé. »

On connaît la suite. Ils sont allés chercher Simon Pierre qui, entre temps, avait eu, dans une vision, la révélation qu’il ne devait pas considérer les païens comme impurs. Pierre est allé annoncer à Corneille et à sa famille le salut par la foi en Jésus. Il termine son message par ces mots :

Tous les prophètes rendent de lui le témoignage que quiconque croit en lui reçoit par son nom le pardon des péchés.

Ac 10 : 43

Comme Pierre prononçait encore ces mots, le Saint-Esprit descendit sur tous ceux qui écoutaient la parole. Tous les fidèles circoncis qui étaient venus avec Pierre furent étonnés de ce que le don du Saint-Esprit était aussi répandu sur les païens. Car ils les entendaient parler en langues et glorifier Dieu. Alors Pierre dit : Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous ? Et il ordonna qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur. Sur quoi ils le prièrent de rester quelques jours auprès d’eux.

Ac 10 : 44-45

Nous avons donc bien :

– Un ancien magicien qui croit et qui est baptisé, mais qui avait le cœur tordu,

– Un païen qui avait un cœur honnête et bon, qui a entendu le message de l’Evangile, et qui l’a reçu avec foi.

Le même message de l’Evangile a été bien reçu par Corneille, qui avait un cœur honnête et bon, et mal reçu par Simon, qui avait un cœur tordu. La bonne semence n’a pas produit dans la vie de Simon les fruits qu’elle a produits dans la vie de Corneille.

Comprenez-vous donc ce qui a fait la différence entre ces deux hommes ? C’était l’état de leur cœur ! Vous pourriez poser la question : « Que puis-je faire pour avoir un cœur honnête et bon ? » Si tu dis sincèrement : « Seigneur, je veux avoir un cœur honnête et bon, » c’est déjà le signe que ton cœur est honnête et bon ! Tu es sur la bonne voie ! Celui qui n’a pas un cœur honnête et bon ne pense même pas à prier Dieu ainsi. Il essayera plutôt d’avoir une belle apparence. Ce sera un hypocrite, intéressé par l’aspect extérieur de la religion, mais pas vraiment par l’état réel de son cœur devant Dieu.

Le Seigneur Jésus, en donnant cette parabole du semeur à Ses disciples, les rend pleinement responsables de l’état de leur cœur. Il ne les excuse pas en leur disant que c’est Dieu qui les a créés ainsi. Dans Marc 4, après avoir expliqué à Ses disciples la parabole du semeur, Jésus leur dit :

Prenez garde à ce que vous entendez. On vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis, et on y ajoutera pour vous. Car on donnera à celui qui a ; mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a.

Mc 4 : 24-25

Cela revient à dire aux disciples, en d’autres termes : « Faites bien attention à la manière dont vous écoutez ! Vous êtes responsables devant Dieu d’avoir un cœur honnête et bon. » Avoir un cœur honnête et bon ne dépend pas du Seigneur, mais de notre attitude devant Sa Parole. La Parole ne va produire du fruit dans notre vie que si nous avons un cœur honnête et bon. Nous savons que certains n’ont pas obtenu de résultats dans leur vie spirituelle, parce que leur cœur est resté dur. D’autres, parce que leur cœur est resté superficiel. D’autres encore, parce que leur cœur est resté rempli des convoitises et des soucis du monde. Finalement, pour ces trois catégories de personnes, le résultat est le même : la Parole de Dieu ne porte pas de fruit dans leur vie.

Je dois donc faire ce que Jésus me conseille de faire. Il a dit :

Que celui qui a soif vienne ; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement.

Apo 22 : 17

Si tu veux savoir si ton cœur est honnête et bon, tourne-toi vers le Seigneur Jésus et dis-Lui : « Seigneur Jésus, Tu le sais, je veux que Ta Parole produise en moi un fruit abondant. De tout mon cœur, je suis entièrement décidé à Te donner toute ma vie, pour que tu fasses toute Ton œuvre en moi. » Jésus a dit à Ses disciples : « Il vous a été donné de comprendre, si vous êtes mes disciples. »

Tu as écouté la Parole. Le Saint-Esprit a travaillé ton cœur pour te la faire comprendre. Maintenant, comment vas-tu réagir ? Ton cœur a-t-il été vivement touché par la révélation de Jésus en Croix, et de ce qu’Il a fait pour toi ? T’es-tu simplement approché du Seigneur, pour Lui dire : « Seigneur, la seule chose qui compte dans ma vie, c’est Te suivre ! » Jésus appelle tous les hommes. Il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. Non pas parce qu’ils ont été rejetés par Jésus, mais parce qu’ils n’ont pas répondu à Son appel.

« Fais toute Ton œuvre en moi, Seigneur. Je veux Te suivre jusqu’au bout, tous les jours de ma vie. Les choses de ce monde ne m’intéressent pas. » Si tu es encore trop attiré par les choses du monde, par les futilités de cette vie et par la convoitise de la chair, il est évident que tu ne vas pas pousser ce cri à Dieu. Mais que va-t-il se passer alors dans ta vie ? Tu vas au devant de grandes difficultés et de grands problèmes. La charrue de Dieu va devoir passer sur ton cœur pour le labourer profondément.

La charrue n’est pas l’œuvre de la Croix. La charrue, c’est toutes les épreuves et les difficultés que tu vas subir dans ta vie, parce que tu n’as pas vraiment donné ton cœur à Jésus. Dieu te dira : « Puisque tu veux goûter à ces choses du monde, goûte-les ! Quand tu les auras bien goûtées, tu en seras dégoûté ! Ces choses ne peuvent te donner ni la paix, ni la joie, ni la plénitude que tu pourrais trouver en moi, le Bon Berger. »

Ce sont des épreuves et des difficultés qui sont destinées à te briser complètement ! Ton cœur labouré pourra peut-être alors recevoir la semence de la Parole de Dieu, pour porter du fruit en toi.

Tu diras alors : « Seigneur, jusqu’ici je n’ai pas voulu Te donner entièrement ma vie et Te suivre, parce que j’avais d’autres intérêts et d’autres soucis que Toi. Mais, à présent, Tu m’as fait comprendre qu’il n’y a rien, absolument rien dans ce monde qui puisse vraiment me donner la paix et la joie. J’ai perdu un temps précieux. J’ai obtenu les choses que j’ai cherchées, mais elles n’ont pas rempli ma vie. Je me retrouve vide, sans goût, sans rien de solide. Rien de tout cela ne m’a rendu pleinement heureux. Vanité des vanités ! Ma vie a été labourée par toutes sortes d’épreuves. Maintenant, Seigneur, je suis prêt à recevoir Ta Parole et à la garder ! »

Si tu as un cœur honnête et bon, quand tu entends la Parole, tu décides de faire de Jésus ton tout, sincèrement. Tu n’es pas encore parfait, tu n’as pas encore atteint la plénitude de la vie crucifiée ni de la marche par l’esprit, mais, tu reçois la Parole dans un cœur honnête et bon. La semence s’est plantée. Elle n’est pas gênée par les cailloux, les ronces et les épines, parce que tu veilles sur ton cœur. Tu veilles à ne pas aller t’abreuver à des sources amères ni aux citernes crevassées de ce monde. Tu veilles sur ton cœur, pour que la Parole qui y est plantée puisse croître et produire son fruit. Elle produira son fruit si tu la laisses croître.

Cette parabole du semeur nous montre combien nous devons veiller sur l’état de notre cœur, pour qu’il n’y ait ni ronces, ni épines, ni cailloux qui l’encombrent. À partir du moment où la semence a été plantée dans une bonne terre, elle contient une telle puissance de vie qu’elle va grandir et produire du fruit toute seule dans ta vie. Ce ne sera pas toi qui vas transpirer pour lui faire produire du fruit. Tu as transpiré pour enlever les mauvaises graines, les pierres, et pour préparer ton cœur. Dans la parabole du cep et du sarment, le sarment doit seulement rester attaché au cep pour produire du fruit.

La vie crucifiée est peut-être un mystère pour toi, dans certains de ses aspects, mais tu n’as pas à t’occuper de la manière dont tu vas y entrer. Tu dois simplement t’occuper de l’état de ton cœur : est-il honnête et bon ? Es-tu sincère avec Dieu ? Ne joues-tu pas avec Lui ? Fais-tu semblant d’être chrétien ? Viens-tu écouter l’enseignement de la Parole pour l’apparence, ou encore parce que cela te plaît de passer un bon moment avec tes frères et sœurs ?

As-tu soif de Jésus et des choses d’en haut ? Si ces choses sont dans ton cœur, si tu veilles à ce qu’elles y restent, alors la semence de Dieu va produire du fruit. Tu recevras la révélation de Dieu. Tu recevras la révélation des choses cachées qu’Il tient en réserve pour ceux qui L’aiment. Tu comprendras pleinement ce qu’est la marche par l’Esprit et la vie crucifiée. Tu pourras y entrer par la foi. Tu recevras la Vie de Jésus !

D’autres ont reçu la semence dans la bonne terre ; ce sont ceux qui entendent la Parole, l’acceptent et portent du fruit : un grain en donne trente, un autre soixante et un autre cent.

Marc 4 : 20

Parce que tu n’as laissé personne enlever de ton cœur la Parole, elle produira dans ta vie une moisson abondante, qui t’étonnera, parce que ce sera l’œuvre de Jésus.

Tous peuvent avoir un cœur honnête et bon. Même un païen peut l’avoir, sinon il ne pourrait pas être sauvé. La manière dont on écoute la Parole de Dieu est vitale. Je n’écoute pas la Parole de Dieu parce qu’il s’agit d’un bon message qui me fait plaisir. « Je l’écoute, Seigneur, parce que je sais que c’est Ta Parole ! Je veux qu’elle pénètre dans mon cœur, qu’elle soit plantée au fond d’un cœur que j’ai préparé pour Toi. Il T’est entièrement consacré. »

Dans ces conditions, le message que tu entends va produire un fruit merveilleux qui te remplira d’étonnement, de reconnaissance et de joie, devant la puissance de l’œuvre du Seigneur.

Je dirai pour terminer :

Que celui qui a des oreilles pour entendre entende !

Mc 4 : 9

Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises.

Apo 2 : 11

La Parole de Dieu est établie dans les cieux pour l’éternité. Elle ne passera pas. Mais je dois veiller à la garder dans mon cœur. Je ne dois pas laisser le diable l’enlever. Elle a la puissance de produire en moi exactement ce que Dieu a voulu.

Alors, veille sur ton cœur, veille sur ta consécration au Seigneur. Si tu es décidé à Le suivre pleinement, Jésus t’apprendra à vivre concrètement le message de la Croix.

Prière :

« Seigneur, Tu me tiens responsable de l’état de mon cœur et de la manière dont je vais écouter Ta Parole. Je ne veux pas Te rendre responsable de la manière dont j’écoute. Je veux que mon cœur soit une bonne terre, propre à recevoir Ta sainte Parole, Ta semence, pour qu’elle produise dans ma vie un fruit abondant à Ta gloire. Seigneur, je désire de tout mon cœur que cette Parole que j’entends produise en moi le fruit que Tu veux qu’elle produise. Je le désire de tout mon cœur ! Aide-moi à veiller sur mon cœur. Fais la lumière complètement sur mes motivations profondes et cachées. Je ne les vois pas toujours moi-même. Tu dis que le Saint-Esprit sonde les profondeurs de nos cœurs pour mettre en lumière tout ce qui est caché. Seigneur, mets tout en lumière devant moi. Je veux tout voir, tout connaître de ce qu’il y a au fond de mon cœur. Tu sais que je veux Te suivre et marcher avec Toi. Je veux voir toutes Tes œuvres s’accomplir dans ma vie, par la foi en Toi. Je veux voir aussi Ton Eglise, sans ride ni tache, être prête pour Ta venue. Tu as accompli une œuvre parfaite ! Seigneur, je Te prie d’exaucer aussi cette prière pour Tes enfants, ceux qui s’attendent à Toi, ceux qui font vraiment de Toi leurs délices. Tu vas agir d’une manière merveilleuse ! Fais-le pour chacun de nous. Que nos oreilles spirituelles soient ouvertes. Au nom de Jésus, mon Père. Amen ! »