Chapitre 5 – La croix puissance de séparation et puissance d’union

Parler de la Croix est très pénible pour la chair. Notre chair n’aime pas entendre parler de la Croix, parce qu’elle sait que le problème de la chair a été réglé à la Croix. Il est donc indispensable de prêcher la Croix. Il ne faut plus que notre chair soit un obstacle à l’œuvre du Saint-Esprit dans nos vies. Le Saint-Esprit habite dans nos cœurs. Il veut manifester en nous la nature de Jésus. Nous ne devons pas nous tromper d’ennemi. Notre ennemi n’est pas la chair. La Parole de Dieu dit que notre ennemi est Satan. Lui aussi a été vaincu à la Croix. Nous n’avons pas à lutter contre la chair. Nous avons à lutter contre Satan.

Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

Eph 6 : 11-12

Nous ne pouvons pas nous engager dans un combat spirituel, dans la prière ou dans l’intercession, si le problème de la chair n’a pas été réglé dans notre vie. Il ne peut être réglé que par la foi en ce que le Seigneur nous dit, par notre foi en l’œuvre de Jésus-Christ à la Croix.

La prédication de la Croix est la puissance de Dieu. La Croix est une puissance de séparation, et une puissance d’union.

En réalité, ce n’est pas la Croix elle-même qui est une puissance, c’est tout ce que le Seigneur Jésus a accompli à la Croix. Quand nous prêchons la Croix, ce terme symbolise tout ce que Jésus a accompli sur la Croix, quand Il est mort pour nous, et quand nous sommes morts en Lui.

Quand la Bible parle de Croix, elle fait toujours référence à l’œuvre de Jésus sur la Croix. La Croix, en elle-même, n’est rien. Elle est un morceau de bois, mais c’est sur ce morceau de bois que notre Seigneur Jésus a été crucifié. La Croix prend toute sa valeur parce que Jésus a été crucifié sur ce morceau de bois. C’est là qu’Il S’est écrié : “Tout est accompli !”

La Croix est donc une puissance de séparation et une puissance d’union. Un certain nombre de versets nous l’affirment. Ils sont extrêmement puissants. Quand on reçoit ces Paroles de Dieu, dans notre intelligence spirituelle, par le Saint-Esprit, il se produit vraiment une révolution dans notre vie. Quand le Saint-Esprit révèle à notre cœur, à notre esprit, tout ce que Jésus a réalisé sur la Croix, il y a dans cette révélation tout l’Evangile. La Croix est au centre de toute la Parole de Dieu. Elle le sera pour toute l’éternité !

La révélation de la Croix est une puissance de séparation et une puissance d’union, qui nous apporte la délivrance dans tous les aspects de notre vie et de nos relations avec les autres.

Je suis fermement persuadé que la véritable délivrance ne consiste pas à chasser les démons, sauf dans certaines situations particulières, notamment quand ceux-ci se manifestent. La délivrance nous est assurée par la connaissance de la vérité. Elle consiste à comprendre et à saisir par la foi toutes les implications de l’œuvre de Jésus sur la Croix. Quand ceci a été compris, il nous est alors possible, et souvent nécessaire, de nous opposer aux puissances des ténèbres. Nous le faisons après nous être revêtus de toutes les armes de Dieu, et en nous appuyant sur la Parole que nous avons reçue dans notre cœur, pour résister aux attaques et aux manœuvres de l’ennemi. Mais il faut d’abord que nous soyons fondés sur l’œuvre de la Croix.

La Croix est une puissance de séparation entre nous et la chair, entre nous et le monde, enfin entre nous et Satan. La Parole de Dieu est très claire à ce sujet.

Quand Jésus est mort sur la Croix, Il nous a fait mourir en Lui et avec Lui. On ne le répétera jamais assez ! Il est très important de le comprendre et de le croire. Non seulement Jésus est mort pour nous, en faisant l’expiation de nos péchés sur la Croix, mais nous sommes aussi morts en Lui et avec Lui.

En premier lieu, la Croix est une puissance de séparation entre nous et la chair. Une chair non crucifiée est la source de tous nos problèmes. La bonne nouvelle de l’Evangile nous révèle donc que la Croix a accompli une séparation complète entre nous et la chair. Relisons Romains 6 : 6. Il est bon de revenir constamment sur des passages qui sont importants, pour que nous puissions les méditer dans tous les sens, afin de comprendre et de saisir ce que le Seigneur veut dire dans Sa Parole. À chaque fois, le Saint-Esprit peut faire en nous un travail un peu plus profond, jusqu’à ce que nos yeux spirituels s’ouvrent pleinement à la vérité.

Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps de péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché.

Rom 6 : 6-7

Les chapitres 6 et 7 de Romains nous démontrent clairement que le péché habite dans la chair, dans la vieille nature dont nous avons hérité à la naissance. Mais lorsque Christ est mort, notre vieille nature, notre “vieil homme,” a été crucifié, pour que le corps de péché soit détruit. Quand Jésus est mort sur la croix, notre vieille nature a été “retranchée.” Par la résurrection du Seigneur, nous avons reçu une nouvelle nature spirituelle. La Croix a donc opéré une séparation complète entre notre ancienne nature de péché, et la nouvelle nature que nous avons reçue lorsque nous sommes nés de nouveau. Cette nouvelle nature a été créée par le Seigneur Jésus, selon Dieu, dans une justice et une sainteté que produit la vérité (Ephésiens 4 : 24).

Nous sommes morts en Christ. Notre corps de péché a été détruit quand Jésus est mort sur la Croix. Le corps du péché, source unique de tous nos problèmes dans notre vie passée, a été détruit ! Nous sommes libérés de son joug et de sa puissance de péché. Celui qui est mort est libre du péché. La Croix a effectué une séparation totale entre ce que nous sommes maintenant en Christ, et ce que nous étions quand le corps de péché nous dominait.

Cela te réjouit-il, bien-aimé ? Sens-tu ton cœur vibrer à l’annonce de cette bonne nouvelle ? Ton corps de péché a été détruit par Jésus, par Sa mort à la Croix ! Paul dit au verset 6 : “sachant que…” Tant de Chrétiens ne le savent pas ! Cette ignorance les détruit et les maintient dans la captivité de la chair.

Nous devons avoir cette connaissance non dans la tête, mais dans notre esprit. Quelque part au plus profond de nous-mêmes, nous savons, parce que nous avons reçu la Parole comme une puissance de vie. Elle nous a été révélée et expliquée par le Saint-Esprit. Nous avons reçu cette Parole dans notre cœur : notre corps de péché a été détruit !

Lorsque nous avons saisi une vérité, par une révélation divine, rien ne peut l’arracher de notre cœur. Il en est ainsi de la révélation du salut par la grâce en Jésus-Christ. Notre vieille nature, si méchante, si mauvaise, si exécrable, a été détruite par la mort de Jésus à la Croix. La Croix a opéré entre la chair et nous une séparation définitive. Elle a ouvert un abîme infranchissable entre la chair et nous.

Quand Abraham parle au mauvais riche qui est en enfer, il lui dit :

Il y a entre nous et vous un grand abîme, afin que ceux qui voudraient passer d’ici vers vous, ou de là vers nous, ne puissent le faire.

Luc 16 : 26

Si nous sommes dans la foi, il y a une séparation infranchissable entre notre vieille nature de péché et nous qui sommes nés de nouveau en Christ. Si nous avons compris cela, nous n’avons plus aucune raison de continuer à vivre dans la vieille nature. Nous n’avons plus aucune raison de lui laisser la direction de notre vie. Ce cadavre est mort et enterré ! Nous ne devons plus le sortir du tombeau ! Le cadavre de notre vieille nature doit rester dans la tombe pour toujours ! Jésus est sorti de la tombe en nouveauté de vie. La mort n’a plus de pouvoir sur Lui. Nous aussi, nous sommes sortis de la tombe en nouveauté de vie, en Lui et avec Lui, et la vieille nature de mort et de péché n’a plus de pouvoir sur nous. C’est une chose accomplie.

Trop de chrétiens passent leur temps à déterrer le cadavre de leur vieille nature, à fouiller dans leurs traumatismes passés, et à s’efforcer de guérir ce que Dieu déclare mort !

Si le Seigneur Jésus n’était pas venu mourir sur la Croix, nous n’aurions jamais eu de solution au problème de la chair et de la domination du péché en nous. Nous aurions toujours dû traîner le fardeau de notre vieille nature. Ce n’est pas notre religion, même chrétienne, qui aurait changé qui que ce soit !

Il est écrit, dans l’épître aux Galates :

J’ai été crucifié avec Christ ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi.

Gal 2 : 20

“J’ai été crucifié avec Christ !” Voilà l’œuvre de séparation !

“Ce n’est plus moi qui vis !” Ce “moi” est ma vieille nature de péché, qui a été crucifiée. Cela ne signifie pas que je suis transformé en être sans personnalité. Le Seigneur m’a donné un nouveau “moi.” En outre, il y a en moi à présent Quelqu’un qui vit. Je L’ai reçu par la foi. Il vit en moi par Son Esprit qui habite en moi. Il s’agit de Christ en personne ! Quelle révélation, et quelle grâce ! Christ a créé en nous une nouvelle nature, semblable à la sienne, une nature pure, belle et sainte. Le Seigneur nous demande ensuite de la conserver dans la sainteté et dans la pureté, par Sa Parole, par Son sang, et par Son Esprit. Il veut pleinement manifester en nous Sa propre nature. Nous sommes tous prédestinés à être semblables à l’image de Jésus :

Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.

Rom 8 : 29

Cependant, Paul prend bien soin d’ajouter :

Si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.

Gal 2 : 20

Je vis dans la chair, mais je vis par la foi au Fils de Dieu, par la foi en Son œuvre à la Croix.

Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas.

Héb 11 : 1

Je dois recevoir par la foi le fait accompli de ma mort et de ma résurrection en Christ, uniquement parce que la Parole de Dieu le dit. Je ne dois pas m’arrêter à ce que je vois encore en moi, quand je me regarde vivre ou réagir charnellement. Quand je réagis charnellement, c’est que j’ai oublié quelle est ma position en Christ. Je dois immédiatement m’en repentir, me replacer devant le miroir de la Parole et dire : “Seigneur, pardonne-moi ! J’ai oublié ce que Tu dis dans Ta parole. J’ai oublié que j’ai été crucifié en Toi. Je reviens à Ta Parole. Je reprends ma position en Toi. Je Te demande de me sortir de l’eau où je me suis enfoncé !”

Je ne dois donc pas rebâtir les choses que j’ai détruites, en me remettant sous le joug de la chair. Je reste dans la foi dans ce que la Parole de Dieu dit. Je médite ces versets constamment, dans un esprit de prière. Chaque fois que je les médite, le Saint-Esprit approfondit, par la foi, l’œuvre de Jésus dans mon cœur. Il me révèle encore plus profondément la grandeur de l’œuvre de la Croix.

Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit.

Gal 5 : 24-25

Ceux qui sont à Jésus sont nés de nouveau. Ils savent que leur vieille nature a été crucifiée. Ils l’ont accepté, ils l’ont compris dans leur cœur, ils l’ont reçu par la foi. Nous n’avons pas besoin de comprendre la Croix d’une manière intellectuelle. Mais, parce que Dieu le dit dans Sa Parole, je l’accepte. Je n’ai pas besoin de réfléchir pour essayer de comprendre cette vérité par ma logique humaine. Dieu le dit, cela suffit. J’écoute, et je reçois dans mon cœur. Je fais confiance au Saint-Esprit pour me donner une révélation qui dépasse toute intelligence, toute connaissance humaine. J’ouvre mon cœur, je médite ta Parole et je la reçois. Je l’accepte pour moi, je la prends pour moi. Dans ces conditions, je sais que le Saint-Esprit fera Son œuvre.

Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Gal 5 : 24

Nous sommes bien placés pour connaître la chair. Elle nous a longtemps dominés, même après notre conversion, bien souvent. Ces versets doivent constamment illuminer notre cœur, notre intelligence spirituelle. Nous devons toujours savoir, ne jamais oublier que nous avons été crucifiés en Christ, et que la Croix a accompli une séparation complète entre la chair et nous.

La Croix est aussi une puissance de séparation entre nous et le monde.

Le monde initial avait été créé beau et parfait par le Seigneur. Le péché et la mort n’existaient pas. Quand l’homme a péché, la mort est entrée en lui. Mais la création tout entière a aussi été maudite et placée sous l’esclavage de la mort.

Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu.

Rom 8 : 19

Le monde qui nous entoure a été souillé par le péché. Il est sous la domination du malin et de la chair. Il exerce son attrait sur la chair par la convoitise. Mais l’apôtre Paul affirme :

Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde.

Gal 6 : 14

Le traitement que la Croix a fait subir à notre chair, à notre corps de péché, a été aussi appliqué à notre relation avec le monde. Notre chair nous relie directement au monde. Ceux qui ne sont pas convertis, appelés aussi païens, sont un seul esprit et une seule chair avec le monde.

Par la Croix, le monde tout entier est crucifié pour nous, comme nous le sommes pour le monde. Nous ne sommes plus soumis à ses convoitises trompeuses. Un Chrétien qui reste soumis aux convoitises du monde démontre qu’il est toujours dominé par la chair. Il ne connaît pas, ou n’a pas accepté, le message de la Croix. Il ignore sa position en Christ. Il ne peut marcher par l’Esprit. Je dois constamment garder à l’esprit que le monde qui m’entoure est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde.

Je peux donc me glorifier de la Croix de notre Seigneur Jésus-Christ. Paul affirme :

Il n’y a ni Grec ni juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre ; mais Christ est tout et en tous.

Col 3 : 11

Ce n’est pas le fait d’être membre d’une Eglise ou d’une dénomination qui est important. Ce qui est important, ce qui intéresse le Seigneur, c’est être une nouvelle création. Si nous sommes une nouvelle création, cela signifie que nous sommes passés par la Croix. Beaucoup de Chrétiens ne savent pas quelle est leur position en Christ. Quand Christ est mort à la Croix, Dieu le Père nous a placés en Lui, par avance, pour que nous puissions mourir et ressusciter en Lui. La Croix a donc tracé une ligne de séparation entre le monde et nous.

Paul dit bien :

Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce.

1 Cor 2 : 12

Nous pouvons nous glorifier de la Croix de notre Seigneur Jésus. Je n’entends pas souvent les Chrétiens se glorifier de la sorte. Je m’en glorifie, parce que c’est par cette Croix que le monde mauvais qui m’entoure a été crucifié pour moi. Ce monde a été transformé en cadavre pour moi. Il est en pleine pourriture, en pleine décomposition, sous ses belles apparences. Il est condamné à mort, et cette condamnation est irrévocable. Elle a déjà été exécutée en Christ.

Comme je suis crucifié pour ce monde, il n’a plus rien à faire avec moi. Nous ne sommes plus de la race du monde. Nous sommes maintenant de la race divine, et le monde qui nous entoure est de la race d’Adam. Nous, nous sommes du second Adam. Bien qu’étant dans ce monde, nous sommes hors de ce monde spirituellement. Il y a entre nous et le monde une séparation spirituelle complète. Nous habitons dans le monde, nous y vivons, mais nous appartenons à un autre royaume. Nous sommes ambassadeurs de Christ.

La Croix est enfin une puissance de séparation entre nous et Satan.

Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière.

Col 1 : 12

Nous sommes riches, nous avons un héritage fantastique dans la lumière de Dieu. Aucun de nous n’est pauvre. Nous avons toutes les richesses de notre Seigneur.

Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés.

Col 1 : 13-14

La Croix a accompli une séparation totale entre le royaume des ténèbres qui était le nôtre, quand nous étions dans la chair et dans le monde, et nous, qui sommes à présent dans le Royaume du Fils de Son amour. Toutes choses anciennes sont passées. Toutes choses sont devenues nouvelles en Christ.

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

2 Cor 5 : 17

Jésus nous a délivrés complètement de la puissance du maître qui dominait sur nous, Satan. Notre maître est à présent Jésus-Christ. Satan ne doit plus dominer sur la moindre parcelle de notre esprit, de notre âme, et de notre corps. Un Chrétien peut avoir des démons, un Chrétien peut être lié, un Chrétien peut être malade. Mais à partir du moment où nous savons que nous avons été délivrés de la puissance de Satan, nous pouvons nous tourner, par la foi, contre n’importe quelle puissance des ténèbres qui continuerait à agir dans notre vie, pour lui dire, comme Jésus l’a dit à Satan, en plein désert :

Retire-toi, Satan, car il est écrit… !

Mat 4 : 10

Voici le véritable combat spirituel. Quand nous avons reçu par la foi la Parole de Dieu, elle vit dans notre cœur. Mais ce n’est pas parce que nous nous convertissons à Jésus-Christ que toutes les bénédictions divines viennent automatiquement sur nous. Nous ne sommes plus sous l’automaticité de la loi ! Tout l’héritage de Dieu en Christ doit être reçu par la foi, pour que ce soit une grâce. Le jour où nous nous convertissons, toute l’œuvre accomplie par Jésus est à notre disposition dans les lieux célestes. Mais nous ne pouvons la recevoir que par la foi.

Si je vois encore des œuvres de Satan qui subsistent dans ma vie, dans mon corps, ou dans mes pensées, si je suis encore lié quelque part, le Saint-Esprit qui habite en moi le sait parfaitement. Mais Il sait quel est le plan de Dieu pour moi. Il sait aussi que Christ, à la Croix, a opéré une séparation totale entre Satan et moi. J’appartiens au Seigneur et à Son royaume.

Mais Satan est celui qui résiste, qui s’oppose au Seigneur. Il va tout faire pour me tromper et pour me faire croire des mensonges. Il est le menteur et le père du mensonge. J’ai donc besoin de connaître la vérité pour lui résister. Je dois prendre une position de foi pour détruire, au nom de Jésus, et par l’autorité du Seigneur, tout mensonge qui peut subsister dans mes pensées. Je dois le faire au nom du Seigneur Jésus, parce que je m’appuie sur la Parole du Seigneur. Quand Jésus est mort à la Croix, il nous a arrachés du royaume de Satan. Il a payé le prix, c’est-à-dire Son sang précieux. Il nous a transportés dans le Royaume de Dieu. Satan n’a plus aucune autorité sur nous.

Jésus s’est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher au présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et père.

Gal 1 : 4

Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour.

Col 1 : 13

Nous devons souvent rappeler ces vérités à notre ennemi. Il attaque trop souvent nos foyers, nos corps, nos âmes, nos esprits, sans que nous réagissions. Il parvient trop souvent à nous faire croire ses mensonges.

La Parole de Dieu doit être plantée dans notre cœur. Ayant reçu cette Parole par la foi, nous pouvons nous revêtir de toutes les armes spirituelles que le Seigneur nous donne. Nous pouvons en particulier prendre l’épée de l’Esprit, qui est la Parole du Seigneur, nous tourner contre l’ennemi de nos âmes, et lui dire : “Satan, il est écrit… Retire-toi maintenant, au nom puissant du Seigneur Jésus !”

Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses ; il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

Col 2 : 13-15

Si nous marchons dans la vérité, Satan n’a pas le droit de venir nous accuser. Si nous sommes dans la foi, si nous n’avons pas de péché non confessé dans notre vie, nous pouvons nous tourner vers Satan et lui dire : “Satan, Dieu m’a fait grâce pour toutes mes offenses ! Il a effacé l’acte qui me condamnait ! Il l’a détruit en le clouant à la Croix ! Il t’a dépouillé ! Il a dépouillé les dominations ! Tu ne domines plus sur ma vie !”

La Croix a opéré une séparation totale entre nous et Satan. Certes, Satan a encore beaucoup de puissance et d’autorité. Mais il ne l’exerce que sur ceux qu’il contrôle. Si nous avons compris et reçu la Parole de Dieu, Satan ne doit plus nous contrôler. C’est terminé ! Nous ne devons plus nous laisser faire ! Jésus nous a donné toute autorité sur la puissance du malin.

Voici, je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi, et rien ne pourra vous nuire.

Luc 10 : 19

Cela ne signifie pas que nous n’allons pas avoir des épreuves, des difficultés, et des combats. Mais nous pouvons, et nous devons, avoir le cœur en paix, rester dans la foi et combattre le bon combat de la foi, en nous appuyant sur la Parole du Seigneur. Il a triomphé des dominations et des autorités par la Croix.

La prédication de la Croix est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec.

Rom 1 : 16

C’est à la Croix que tout a été accompli. Le Seigneur Jésus a détruit toute la puissance de Satan. Il l’a dépouillé, Il l’a mis à nu, Il l’a livré en spectacle, Il lui a fait publiquement honte. Comme Satan est pétri d’orgueil, il ne peut supporter la prédication de la Croix, parce qu’il sait que c’est là qu’il a été définitivement et éternellement vaincu. L’orgueil de Satan ne peut supporter qu’on lui rappelle qu’il a été publiquement livré en spectacle à la Croix. C’est un vaincu.

Devant la Croix, un cri de victoire a retenti dans le ciel, et un cri de défaite dans les rangs de l’ennemi. Toute l’œuvre de Satan, à présent, consiste à séduire les hommes pour leur faire croire des mensonges. Il veut même faire croire aux Chrétiens, s’il y parvient, qu’ils sont encore sous sa domination, sous la malédiction de leur passé ou de leur hérédité, alors que, par la Croix, ils en ont été délivrés pour toujours.

Quand nous sommes dans une position de foi, nous pouvons résister à Satan avec efficacité, armés de l’épée de l’Esprit, et lui dire : “Tu as été complètement dépouillé. Je t’interdis de toucher à mon foyer, à mon corps, à ma santé, à la santé de mes bien-aimés. Je me réclame du sang et du nom de Jésus. Je sais ce qui est écrit, Satan, et je persévère dans la foi et le combat.” Satan doit lâcher prise. Si nous restons persévérants dans la foi, il s’enfuira.

Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous.

Jacques 4 : 7

Le Seigneur Jésus a remporté sur Satan un triomphe absolu, pour l’éternité. Comprenez-vous donc que, par la Croix, le Seigneur Jésus nous a offert la solution divine, parfaite, à tous nos problèmes ? La puissance de la Croix est :

– Une puissance de séparation entre nous et la chair.

– Une puissance de séparation entre nous et le monde.

– Une puissance de séparation entre nous et celui qui contrôle le monde, Satan.

Mais la Croix n’est pas seulement une puissance de séparation. Elle est aussi une puissance d’union entre Dieu et nous, et entre tous les hommes qui croient en Jésus.

Autant la Croix est une puissance de séparation entre Satan et nous, autant elle est une puissance d’union entre Dieu, Père, Fils, Saint-Esprit et nous.

Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. À plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Car si, lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son fils, à plus forte raison, étant réconciliés, serons-nous sauvés par sa vie.

Rom 5 : 8-10

Quelle merveilleuse révélation ! Jésus nous a réconciliés avec Dieu par Sa mort. Par Sa résurrection, puisque nous sommes ressuscités en Lui et avec Lui, le Seigneur fait couler en nous la vie de Dieu. Nous sommes pleinement sauvés. Le verbe “sauver,” en grec, veut dire donner un salut complet pour l’esprit, l’âme et le corps. Nous sommes sauvés par Sa vie, qui coule en nous et qui a le droit de couler en nous. Jésus est mort pour nous et nous a réconciliés avec Dieu.

Cela signifie que nous étions ennemis de Dieu par nos pensées et nos actions. Plus encore, par notre nature de péché. La mort de Jésus nous a réconciliés. Le mot “réconcilié” est très puissant. D’anciens ennemis deviennent maintenant amis. Ceux qui étaient séparés par l’inimitié sont réunis par un pardon complet, et deviennent un. Nous devenons un seul esprit avec Dieu, un seul Corps avec Christ. Il est la tête. Nous sommes tous membres de Son Corps, et membres les uns des autres. Dieu n’est plus notre ennemi. Si nous avons encore Dieu comme ennemi, c’est que nous n’avons pas encore confessé nos péchés ou que nous résistons au Saint-Esprit. Nous résistons encore à Son amour.

Même un enfant de Dieu peut voir sa communion avec le Seigneur coupée par le péché. À cause de notre désobéissance ou de notre cœur endurci, Dieu peut nous résister. Il résiste aux orgueilleux et aux méchants. Mais si notre cœur est honnête et bon, si nous ouvrons notre cœur à la voix et à la lumière du Saint-Esprit, pour nous humilier devant Dieu, et nous incliner devant Lui dans une consécration totale, nous sommes en communion avec Lui. Quand nous sommes constamment sous l’action du sang de Jésus, quand nous sommes soumis de cœur à la Parole du Seigneur et au Saint-Esprit en nous, nous sommes constamment purifiés par le sang de Jésus. Nous sommes en communion avec Dieu. Nous sommes un avec Lui. Nous sommes réconciliés avec Lui par la mort de Son Fils !

Et non seulement cela, mais encore nous nous glorifions en Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par qui maintenant nous avons obtenu la réconciliation.

Rom 8 : 11

Jésus est le grand réconciliateur. L’apôtre Paul a reçu cette profonde révélation :

Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.

2 Cor 5 : 17-18

Puisque nous avons été réconciliés avec Dieu, Il veut faire de nous des réconciliateurs. Il est important de bien le comprendre. Voyez les problèmes, les inimitiés, les divisions, dans le monde et même dans le Corps de Christ. Dieu nous a donné un ministère, c’est-à-dire un service de réconciliation. Il fait de nous des réconciliateurs.

En tant que chrétien, es-tu un réconciliateur ou un diviseur ? Tu seras toujours un créateur d’inimitié si tu réagis dans la chair. Toute réaction de la chair provoque de l’inimitié. Avoir de l’inimitié, cela signifie adopter une attitude d’ennemi. Toute réaction charnelle fait de nous un ennemi des autres. Nous nous disputons, parce que la chair a pris le dessus. Mais quand nous sommes réconciliés avec Dieu, quand nous restons dans la foi en Christ et en Son œuvre de réconciliation, le Seigneur fait de nous des réconciliateurs.

Bien entendu, nous ne pouvons être des réconciliateurs que lorsque l’amour de la vérité remplit notre cœur, comme le cœur de ceux qui s’opposent à nous. Jésus a pu affirmer qu’Il n’était pas venu apporter la paix, mais l’épée et la division. Jésus est la Vérité. Il ne peut apporter que la Vérité. Si cette Vérité n’est pas reçue par ceux qui l’entendent, il ne peut y avoir de réconciliation.

Si tu marches par la chair, tu apporteras une division charnelle entre toi et les autres. Mais si tu marches par l’esprit, tu apporteras une division spirituelle entre toi, et ceux qui continuent à vouloir marcher dans la chair. Mais comme tu marches par l’esprit, tu resteras dans l’amour et la douceur. Tu apporteras la paix à tous ceux qui veulent bien la recevoir.

Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu.

Mat 5 : 9

Si nous sommes fils et filles de Dieu, nous avons tous pour Père un Roi de paix. Nous devons procurer la paix partout où nous passons. Nous ne serons pas forcément bien reçus. Certains n’accepteront pas de faire la paix dans la vérité. Mais il faut être deux pour se disputer ! Si quelqu’un est ton ennemi, tu vas en souffrir, mais si tu restes dans l’esprit, tu refuseras d’alimenter une querelle par une attitude charnelle. Tu vas rester en Christ. Tu seras un faiseur de paix. Tu auras la sagesse de Dieu pour savoir ce que tu dois faire.

Dieu nous appelle à ce ministère de réconciliation. Nous avons en nous la puissance du Saint-Esprit, qui nous a réconciliés avec Dieu par le sacrifice de la Croix. Dieu habite en nous. Il est prêt à nous donner Sa sagesse, si nous la demandons avec foi, sans douter. Prions pour avoir la sagesse du Seigneur, pour être capables d’exercer efficacement ce ministère de réconciliation, afin d’être, entre Ses mains, un instrument de paix et de réconciliation. Nous le serons, si nous avons compris que nous avons été réconciliés avec Lui. Nous avons été pardonnés en Christ. Notre premier réflexe va donc être de pardonner, quoiqu’il puisse nous arriver.

Si tu as compris que tu as un ministère de réconciliation, tu ne dois jamais imputer à personne la moindre offense. Dès que tu as été offensé, tu dois pardonner de tout ton cœur, même si on ne te demande pas pardon. En ayant cette attitude, nous accumulerons sur notre ennemi les charbons ardents de Dieu. Nous permettrons au Seigneur de travailler par Son Saint-Esprit dans le cœur de notre ennemi, car il sera au bénéfice du ministère de réconciliation que Dieu nous a donné.

Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.

2 Cor 5 : 19

Ceux qui croient en Christ ont été réconciliés. Puisque Dieu a mis en nous la parole de la réconciliation, nous ne devons plus imputer aux autres leurs offenses envers nous. Dès que nous recevons une offense, petite ou grande, dès que nous sommes attaqués, par des chrétiens ou ceux du monde, dès que nous sommes injustement accusés, ou calomniés, nous exerçons notre ministère de réconciliation.

Si nous avons compris que nous avons reçu un ministère de réconciliation, nous pardonnerons immédiatement toute offense, par la puissance de la vie de Christ qui coule en nous. Pour être capables de faire cela, nous devons nous-mêmes être unis à Christ et dans Sa paix. Si nous marchons dans la chair, la moindre offense va provoquer une réaction charnelle. Nous allons répliquer sur le même ton. Le problème va grandir. Il faut que l’un des protagonistes comprenne qu’il doit s’arrêter. Le premier qui s’arrêtera sera le Chrétien qui va se rappeler qu’il a un ministère de réconciliation. Puisqu’il a été réconcilié avec Dieu, il est appelé à être un enfant de paix. Il pardonne donc toutes les offenses, sans exception.

Dès que l’on nous offense, nous devons pardonner. Si celui qui nous a offensés vient nous demander pardon, nous lui confirmons simplement un pardon que nous lui avons déjà donné dans notre cœur. S’il ne nous demande jamais pardon, c’est lui qui va en supporter les conséquences. Mais, dans notre cœur, nous sommes déjà réconciliés, pour notre part.

Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s’il a soif, donne-lui à boire ; car en agissant ainsi, ce sont des charbons ardents que tu amasseras sur sa tête.

Rom 12 : 20

Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous ; nous vous en supplions au nom de Christ : Soyez réconciliés avec Dieu.

2 Cor 5 : 20

Comment ceux qui s’opposent à nous et nous offensent vont-ils comprendre le ministère de Christ, s’ils ne me voient pas l’exercer ? S’ils me voient exercer le ministère de réconciliation, pardonner, ne pas imputer les offenses, ils vont se poser des questions. Le Saint-Esprit va parler à leur cœur. Il leur dira : “C’est Jésus-Christ qui a changé son cœur !”

Christ nous a réconciliés avec Lui et nous a fait comprendre ce qu’est la réconciliation. Comme nous avons été réconciliés avec Dieu, nous sommes donc capables de comprendre ce que signifie la réconciliation. Nous avons reçu le pardon. Nous sommes donc capables de pardonner. Quel merveilleux ministère que celui d’ambassadeur pour Christ, d’ambassadeur d’un Royaume où règnent la paix et la réconciliation !

Vous verrez, lorsque nous serons au ciel, il n’y aura pas une seule dispute, pas la moindre animosité. Tous ceux qui ont accès au Ciel auront tous été réconciliés les uns avec les autres par Christ. Nous connaîtrons une paix merveilleuse, une paix céleste ! Dès que nous nous rencontrerons, ce seront des torrents d’amour les uns pour les autres. Nous baignerons dans l’amour et la paix de Christ.

Mais nous pouvons, déjà sur cette terre, exprimer de notre cœur ces torrents d’amour. Peut-être ne seront-ils pas toujours bien reçus. Mais, en participant au ministère de Christ, nous devons aussi participer à Ses souffrances.

Il est la tête du corps de l’Eglise ; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier. Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ; il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.

Col 1 : 18-20

Le sang de la Croix démontre la volonté de Dieu de tout réconcilier avec Lui-même en Christ. La création tout entière est appelée à être réconciliée avec Dieu. Cela ne signifie pas que Dieu veut aussi réconcilier Satan et ses démons avec Lui, comme certains l’enseignent par erreur. Satan est déjà jugé. Il est destiné au lac de feu et de soufre. Il n’y aura aucune réconciliation entre Satan et Dieu par le sang de Christ. Ce qui est sur la terre, c’est la chair. Ce qui est dans les cieux, c’est l’esprit. Nous sommes des êtres qui sont à la fois dans les cieux et sur la terre. Nous devons absolument, dans tous les aspects de notre vie, trouver en Christ une parfaite réconciliation, dans l’esprit, l’âme et le corps.

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que le sang de Jésus est capable de donner une paix parfaite à ceux qui étaient ennemis.

Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche, si du moins vous demeurez fondés et inébranlables dans la foi, sans vous détourner de l’espérance de l’Evangile que vous avez entendu, qui a été prêché à toute créature sous le ciel, et dont moi Paul, j’ai été fait ministre.

Col 1 : 21-23

C’est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu’on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l’homme, souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde.

Eph 2 : 11-12

Les Juifs possédaient la Loi. Ils formaient, et forment toujours, le peuple du Seigneur sur la terre. Ils avaient une citoyenneté divine. Ils n’étaient pas nés de nouveau, mais ils avaient la Loi et la révélation du Seigneur, tandis que les païens n’avaient rien du tout. Ils étaient sans Dieu et sans espérance. Dieu a appelé les uns et les autres, les Juifs et les païens, à se réconcilier avec Lui par la Croix.

Ce n’est pas le fait d’être israélite ou juif qui nous réconcilie avec Dieu, puisque Paul dit de ceux qui résistent à l’Evangile : “Ils sont ennemis de Dieu.”

Eux de même, s’ils ne persistent pas dans l’incrédulité, ils seront greffés ; car Dieu est puissant pour les greffer de nouveau.

Rom 11 : 23

En ce qui concerne l’Evangile, ils sont ennemis à cause de vous ; mais en ce qui concerne l’élection, ils sont aimés à cause de leurs pères.

Rom 11 : 28

Nous ne devons pas avoir une relation sentimentale avec le peuple d’Israël. Nous devons aimer Israël de tout notre cœur. Israël est le peuple du Seigneur. Nous devons bénir Israël, prier et intercéder pour Israël. Mais ce n’est pas parce qu’on est Juif qu’on est sauvé. Un Juif qui résiste à l’Evangile est ennemi de Dieu, bien qu’il fasse partie du peuple du Seigneur et qu’il ait des bénédictions et des promesses particulières. Le Saint-Esprit veut révéler à Israël que Jésus est le Messie, pour qu’il L’accepte et qu’il entre dans la nouvelle alliance.

Paul veut montrer que les Juifs et les païens étaient séparés et ennemis, avant la venue de Christ.

Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation, l’inimitié.

Eph 2 : 13-14

C’est par la Croix que Juifs et païens ont été rapprochés. Les Juifs et les païens, qui étaient autrefois ennemis, deviennent unis en Christ en se convertissant à Jésus-Christ. Le mur de séparation a été renversé. L’inimitié, que Juifs et païens éprouvaient les uns pour les autres, a disparu.

Mais les murs de séparation n’existent pas seulement entre les Juifs et les païens. Beaucoup de Chrétiens sont séparés par de véritables murs. Certes, Dieu nous demande de nous séparer de ceux qui se disent chrétiens, mais qui vivent dans le péché. Si ton frère chrétien pèche et s’il veut t’entraîner dans le péché, tu dois lui dire : “Non, je me sépare de toi.” Il reste chrétien et membre du Corps de Christ. Cependant, je ne marche pas avec lui.

Mais si l’on excepte ce cas particulier, tous les autres murs de séparation ont été élevés par la chair. Ces murs ont donc été anéantis par la Croix, puisque la chair a été mise à mort à la Croix.

Ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié.

Eph 2 : 15-16

Cette réconciliation est valable pour les couples, pour les frères et sœurs du Corps de Christ, et pour tout le peuple du Seigneur. À partir du moment où nous devenons chrétiens, nous devons savoir que les murs de séparation ont été détruits entre tous les membres du Corps de Christ. Acceptons-nous cette révélation ?

Un mur de séparation doit être détruit par les deux anciens ennemis à la fois, pour que la communion s’établisse entre eux. Si le mur est détruit pour l’un, mais qu’il reste debout pour l’autre, ils ne pourront pas établir le contact. C’est pourquoi le Seigneur attache tant d’importance au message de la Croix, afin qu’il soit compris par tous, car ce message est le seul capable de détruire les murs de séparation élevés par la chair.

Le Saint-Esprit doit nous révéler plus profondément la Parole de Dieu, et tous les aspects de l’œuvre de Jésus à la Croix. Nous ne devons plus nous conduire comme si le mur de séparation était encore debout, alors que le Seigneur déclare qu’il a été renversé par le sacrifice de Jésus. Ce mur a été détruit, pour que ceux qui étaient séparés soient réconciliés en un seul homme nouveau, un seul corps.

Il est triste de voir l’œuvre de Jésus ignorée par tant de Chrétiens. Ils vivent encore dans leur vie passée, dans leur vieille nature charnelle, et dans leurs inimitiés passées. Ils n’ont pas pleinement compris ce que Jésus a accompli. Ils espèrent pouvoir changer un jour. Mais le changement ne s’accomplira que par la foi dans le “tout accompli” de Christ. Le Seigneur a déjà détruit le mur de séparation, et nous formons un seul être nouveau en Lui.

Il n’y a ni Grec ni juif, ni circoncis ni incirconcis, ni barbare ni Scythe, ni esclave ni libre ; mais Christ est tout et en tous.

Col 3 : 11

En ce qui concerne les Juifs qui se convertissent à l’Evangile, nous devons donc les considérer dans une juste perspective. Un Juif qui se convertit prend sa place dans le Corps de Christ, exactement sur le même plan qu’un païen qui se convertit. Cette place est bien plus élevée que celle qu’il occupait auparavant en tant que Juif ! Si Israël est le peuple de Dieu sur la terre, l’Eglise est le peuple de Dieu dans les cieux !

Juifs et païens convertis bénéficient donc tous deux du même héritage en Christ. Leur place peut différer dans le Corps de Christ, mais uniquement en raison de leur appel particulier, et de la volonté souveraine de Dieu, mais non en raison de leur origine.

Il faut le dire avec force : un Juif qui se convertit cesse d’être Juif ! Il le reste dans la chair, comme Paul pouvait le dire, mais un Chrétien n’est pas appelé à vivre par la chair. Le fait d’avoir été Juif avant notre conversion ne nous donne aucun privilège, aucune place particulière dans l’Eglise.

Les païens convertis ont parfois tendance à mettre les Juifs convertis dans une catégorie à part, à croire qu’ils ont droit à une double portion de l’onction divine, comme s’ils étaient doublement héritiers des promesses de l’ancienne et de la nouvelle alliance. Il ne faut pas que de telles pensées viennent dans nos cœurs, car nous rebâtirions un mur de séparation entre Juifs et païens convertis. En Christ, nous sommes égaux. Nous sommes héritiers des mêmes promesses. Paul le dit bien :

Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin (les païens), et la paix à ceux qui étaient près (les Juifs).

Eph 2 : 17

Ce raisonnement, appliqué aux Juifs convertis et aux païens convertis, nous devons l’appliquer à tous les membres du Corps de Christ. Quand ils étaient dans la chair, beaucoup de Juifs et de païens étaient ennemis. Mais beaucoup de frères et de sœurs, beaucoup de maris et de femmes, l’étaient aussi. Certaines inimitiés étaient très tenaces. Dans le monde, certaines inimitiés durent depuis des générations, et pas seulement en Corse ou en Sardaigne ! Nous sommes tous nés dans le péché. Nous sommes tous par notre naissance esclaves de la chair.

Tant que nous vivons dans la chair, nous avons tendance à entretenir cette attitude d’inimitié. Mais quand nous sommes en Christ, et quand nous marchons par l’esprit, nous savons que le mur de séparation a été détruit et que nous sommes déjà un seul homme nouveau en Christ. Le Seigneur nous demande de le comprendre spirituellement et d’accepter Sa Parole par la foi. Le mur a déjà été détruit par la Croix.

Si tu éprouves encore des sentiments d’inimitié envers quiconque, tout en faisant partie du Corps de Christ, il y a quelque chose d’anormal dans ta vie chrétienne. Tu marches encore dans la chair. Tu n’as pas la révélation de la Croix. Tu as été appelé à te réconcilier.

Car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit. Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors ; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu.

Eph 2 : 18-19

Nous sommes tous les enfants du même Père. Nous sommes tous fils et filles de l’amour du Seigneur, enfants de Sa paix.

Nous devons d’abord comprendre ces choses spirituellement. Puis le Seigneur nous demande de les saisir par la foi. Toutes les promesses de Dieu nous sont données par la foi en Christ. “Seigneur, Tu m’as révélé Ta Parole par Ton Saint-Esprit. Je l’ai méditée. J’ai prié, je T’ai demandé d’ouvrir mon intelligence spirituelle. Le Saint-Esprit a fait pénétrer cette Parole en moi. Je la saisis par la foi, et je marche dans cette révélation !”

Quand j’ai reçu cette révélation, je dois bien veiller à ne pas faire comme les Galates, qui avaient commencé par l’Esprit et fini dans la chair. Paul va jusqu’à leur dire :

Vous êtes séparés de Christ, vous tous qui cherchez la justification dans la loi ; vous êtes déchus de la grâce.

Gal 5 : 4

Nous devons donc toujours garder les yeux fixés sur Jésus et Sa Parole. Si nous essayons de résoudre nos problèmes sans la Parole ni l’Esprit, nous risquons de nous couper de Christ et d’être déchus de la grâce. Si nous aimons la Parole, et si nous demeurons dans la Parole, le Saint-Esprit qui est en nous va nous conduire de victoire en victoire, par la foi en Christ.

Le Seigneur Lui-même a dit :

Quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple.

Luc 14 : 27

Le Seigneur faisait allusion à des affections particulières ou familiales qui pourraient nous empêcher d’obéir pleinement au Seigneur. Notre croix est en fait la Croix de Christ que nous avons prise sur nous. Celui qui veut être disciple du Seigneur doit passer par la Croix et la porter tous les jours. Porter sa croix signifie comprendre que nous avons été crucifiés en Christ, et que nous devons marcher par la foi dans cette révélation à chaque instant de notre vie.

C’est ainsi que la Vie de résurrection se manifestera en nous. Sinon, nous ne pouvons pas être disciples de Christ. Nous pourrons peut-être hériter du salut, mais nous n’entrerons jamais pleinement dans la pleine dimension de la victoire de la Croix.

Prenons l’habitude de méditer constamment ces versets. Quand l’ennemi nous attaque, si nous n’occupons pas une position de foi en Christ, et si nous pensons qu’il y a dans notre vie des domaines encore sous le contrôle de Satan, nous devons nous rapprocher du Seigneur et Lui dire : “Montre-moi s’il y a dans ma vie des péchés que je n’aurais pas confessés. Montre-moi aussi, Seigneur, tout ce qu’il y a encore en moi d’ignorance et d’incrédulité.”

Le Saint-Esprit va nous éclairer. Nous n’aurons pas besoin d’être culpabilisés en permanence. Après avoir été éclairés, après avoir confessé nos péchés, notre ignorance ou notre incrédulité, nous pourrons alors invoquer la puissance du sang de Jésus. Puis nous nous revêtirons de toutes les armes d’Ephésiens 6.

Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes. C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc fermes ; ayez à vos reins la vérité pour ceinture ; revêtez la cuirasse de la justice ; mettez pour chaussures à vos pieds le zèle que donne l’Evangile de paix ; prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin ; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu.

Eph 6 : 11-17

Si nous réalisons alors que Satan nous attaque, dans notre corps, dans notre âme, ou dans nos pensées, nous devons lui résister fermement par la foi en l’œuvre de Jésus à la Croix. Nous devons rester dans la foi, jusqu’à ce que l’œuvre de la Croix soit pleinement manifestée dans notre vie. Si nous avons réellement reçu dans notre cœur la révélation de ce que nous sommes en Christ, nous pourrons résister au malin. En outre, notre foi permettra au Seigneur d’accomplir dans notre vie tous Ses plans.

Ne croyons pas que vouloir atteindre la perfection revient à idéaliser la vie chrétienne. Certains enfants de Dieu ne se rendent pas compte à quel point leur incrédulité les maintient dans la médiocrité et dans une défaite permanente. Ils vont de crise en crise, sans jamais atteindre une stabilité spirituelle dans la foi. Les plans de Dieu sont tellement élevés et splendides que beaucoup de Chrétiens ne parviennent pas à croire qu’ils puissent se réaliser dans leur vie. Quelle erreur ! Le Seigneur Jésus veut conduire notre foi à la perfection, pour que tous les plans de Dieu se réalisent dans notre vie, à la gloire du Père.

Prière :

Seigneur, je Te prie de nous guider dans Ta sagesse. Tu sais que nous sommes des petits enfants devant Toi. Nous avons besoin d’être enseignés et conduits par toi. Nous avons besoin de recevoir constamment, jour après jour, seconde après seconde, Ta sagesse, Ton aide et Ton secours. Nous ne sommes rien sans Toi.

Tu as tout accompli à la Croix, Seigneur. Je Te prie de continuer, par Ton Esprit, Ton travail de révélation dans nos cœurs. Que notre foi grandisse constamment. Que l’œuvre de Jésus puisse briller à nos yeux spirituels dans toute sa merveilleuse clarté. Que nous puissions la comprendre, la recevoir dans un cœur ouvert, l’accepter, et entrer dans Tes plans parfaits.

Je Te prie de nous bénir tous, et de nous aider dans tous les combats que nous avons à mener. Toi qui as tout accompli, Tu sais ce qu’il convient de faire, Seigneur. Je Te prie de nous prendre par la main, et de nous faire entrer dans l’héritage que Tu nous as destiné. Mes yeux sont sur Toi. Je Te fais confiance. Je m’incline devant Toi et je Te loue de tout mon cœur, pour la perfection de l’œuvre de Jésus.

Seigneur, sois loué ! Je Te bénis de tout mon cœur. Manifeste-Toi, Seigneur, et glorifie Jésus en accomplissant toute Son œuvre dans nos vies. Amen !