Dieu appelle chacun, et lui dit : Où es-tu ?

Je vais vous lire quelques versets au début du livre de la Genèse. Le Seigneur veut nous faire comprendre ce qu’il est venu faire pour nous. Au début, tout au début, quand Dieu a créé le monde, il n’a pas créé les choses comme elles sont maintenant. Le Seigneur n’avait pas voulu toutes ces misères qui sont aujourd’hui dans le monde : la mort, la maladie, les souffrances. Tout ce qui se passe, qui fait souffrir l’humanité n’était pas dans le cœur de Dieu.

Au début de la création, Dieu a commencé par créer l’univers, et tout ce qu’il contient, et il a fini par créer l’homme. D’abord l’homme puis la femme, et il a voulu les créer dans la perfection que Lui seul pouvait donner.

Dans Genèse 2, il est dit au verset 7 : « L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant ». Le texte original dit : et l’homme devint une âme vivante. Dieu a pris de la poussière, il l’a modelée. Il a soufflé son Esprit dans ce corps de poussière qu’il venait de faire, et l’homme est devenu une personne vivante, une âme vivante. Et il a placé cet homme au milieu d’un jardin magnifique. Ensuite, Dieu a vu que l’homme était seul, et qu’il lui fallait une compagne. L’homme ne pouvait pas s’en sortir seul. Et Dieu a plongé Adam dans un profond sommeil, et il a tiré de son côté celle qu’il a formée, Eve sa femme, de sa chair et de ses os. Et tous les deux étaient parfaits en tous points. Il n’y avait aucune trace de péché dans leurs vies, ils étaient en parfaite communion avec Dieu. Ils devaient vivre éternellement.

Dieu leur a dit : “Croissez, et multipliez”. Ils devaient former des enfants qui devaient eux-mêmes ne pas connaître la mort. Est-ce que vous réalisez que quand Dieu a créé l’homme, et la femme, il les a créés parfaits, il les a créés sans maladie, sans mort, sans péché ? Des êtres qui étaient en parfaite communion avec Dieu, qui le voyaient face à face. Et Dieu prenait du plaisir avec eux, dans ce jardin.

Dieu avait créé Adam et Eve dans une liberté parfaite. Il ne pouvait pas créer des êtres qui étaient incapables de dire non à Dieu. Pour être capables de lui dire oui volontairement, il fallait qu’ils soient aussi capables de lui dire non. S’il avait créé un homme et une femme incapables de dire non à Dieu, ils n’auraient pas été libres de choisir Dieu de tout leur cœur.
Et Dieu voulait que cet homme, et cette femme soient créés à son image, qu’ils soient créés dans une parfaite liberté de choix, de décision. Et il leur a donné tout ce qu’il fallait pour pouvoir rester dans cette vie éternelle qu’ils avaient au début. Mais il fallait que leur liberté soit testée. S’il n’y avait jamais aucune épreuve pour tester notre liberté, on ne pourrait pas choisir librement de rester du bon côté.

Et Dieu avait placé dans ce jardin magnifique deux arbres, l’un s’appelait l’arbre de vie, et un autre au milieu du jardin qui s’appelait l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Et Dieu avait dit à l’homme : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin (y compris de l’arbre de vie), mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2:17). Donc le choix était clair.

L’arbre de vie représente la vie éternelle de Dieu, la vie de Christ. Et l’arbre de la connaissance du bien et du mal représente la vie personnelle d’un homme qui est séparé de Dieu, et qui veut connaître les choses de lui-même, sans être dépendant de Dieu.

S’ils avaient mangé de l’arbre de vie, ils auraient entretenu la dépendance complète entre eux et Dieu. En mangeant de cet arbre de vie, ils auraient reçu constamment la vie de Dieu, qui devait entretenir la vie éternelle qu’ils avaient en eux.

Et Dieu leur avait dit : “Si tu manges de l’autre arbre, tu mourras certainement”. La mort spirituelle, c’est le fait d’être coupé de Dieu.

Ils étaient en communion avec Dieu, ils connaissaient Dieu. C’est merveilleux de penser qu’au début Dieu a eu cette pensée dans son cœur : il a voulu créer un homme et une femme qui le connaissent, qui le voient, qui parlent avec lui, et qu’il pouvait nourrir constamment de sa vie éternelle, de son amour parfait. Dieu a un cœur tellement grand, tellement plein d’amour, qu’il lui fallait quelqu’un sur lequel déverser cet amour en permanence. Si Dieu était resté tout seul, il n’aurait eu personne sur qui déverser cet amour. Il lui fallait une créature pour lui dire : “Je veux déverser en toi en permanence cet amour pour que tu vives de ma présence. Choisis ! Tu peux continuer à te nourrir de ma vie, ou tu peux choisir de couper toi-même cette relation entre toi et moi. Mais dans ce cas, tu connaîtras certainement la mort.”

Et au chapitre 3, on voit le plus grand drame qui se soit passé dans l’univers. Le serpent, le diable connaissait le plan de Dieu. Le diable avait déjà été rejeté du ciel par le Seigneur à cause de son orgueil, et de sa rébellion. Au début, Dieu n’a pas créé le diable tel qu’il est devenu, mais Dieu avait créé l’archange Lucifer, pour que Lucifer reste toujours dans la présence de Dieu. Mais un jour, à cause de sa grande beauté, l’orgueil a été trouvé dans son cœur, et il a été coupé de Dieu. Il était un pur esprit, il n’était pas formé comme l’homme de la poussière de la terre, de la chair, et pour le diable, il n’y a aucun pardon possible.

Dans Genèse 3, il est dit : « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l’Éternel Dieu avait faits (le diable a pris la forme du serpent). Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez ».

Eve a ajouté, et elle a retranché quelque chose à la Parole de Dieu. Dieu n’avait pas interdit de le toucher, il avait interdit de le manger. Et il n’avait pas dit : “Si vous en mangez vous mourrez peut-être”. Il avait dit : “Vous mourrez certainement.” Ce n’était pas : “de peur que”, mais certainement. Donc déjà, il y avait eu quelque chose qui s’était perdu dans le cœur d’Eve. Et Adam était le grand responsable de la chose : il aurait dû veiller à ce que sa femme reçoive la Parole tel que Dieu l’avait donnée à Adam, et qu’il contrôle en permanence Eve.

Adam aurait dû lui dire : “Tu te rappelles bien ce que Dieu nous a dit. Il nous a dit de ne pas manger du fruit de cet arbre.” Et Eve a oublié ce que Dieu avait exactement dit. Et quand le malin est arrivé, il a pu la séduire parce qu’elle avait oublié la Parole de Dieu, et elle l’avait modifiée. Elle ne se serait pas laisser séduire si cette Parole était restée sûre, claire et nette dans son cœur. Vous voyez l’importance qu’il y a à connaître, et à garder cette Parole de vérité. Le diable ne peut rien faire dans nos vies si nous gardons la Parole du Seigneur. Satan est le père du mensonge, il va essayer de tordre la Parole du Seigneur, de la modifier, d’ajouter, d’enlever. C’est le travail qu’il fait depuis le début, et toutes les religions des hommes, toutes les sectes, tous les mouvements qui sont purement humains ont ajouté et retranché quelque chose à la Parole du Seigneur.

« Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal ». (Genèse 3:4-5). Là, il disait vrai par contre. Le diable ne dit pas seulement des mensonges, il suffit qu’il dise quatre-vingt-dix-neuf pour cent de vérité et un pour cent de poison mortel pour semer la mort. « Un peu de levure fait lever toute la pâte » (Galates 5:9).

Combien nous devons veiller à garder cette Parole pure, et dire : “Seigneur, par ton Esprit de vérité qui veut nous révéler ta Parole dans sa pureté, montre-nous ce qui est dans ton cœur, par cette Parole. Je ne veux pas la recevoir comme quelque chose de froid, comme quelque chose qui a été écrit il y a des milliers d’années, et qui viendrait comme ça poussiéreux au travers des siècles. Je veux la recevoir comme une Parole qui est éternelle, qui ne changera pas, qui est toujours la même”. Le Saint-Esprit de vérité veut toujours aujourd’hui confirmer dans notre cœur que la Parole de Dieu est la vérité.

N’écoutons pas les mensonges du diable. Pour savoir si nous sommes en face d’un mensonge, nous avons la Parole du Seigneur, et le Saint-Esprit de vérité qui travaille avec la Parole de Dieu. Si mon cœur est ouvert à la vérité, si j’écoute la Parole, le Saint-Esprit va immédiatement travailler avec la Parole pour me montrer que c’est vrai, que c’est la pure vérité.

Ici, le diable disait en partie la vérité. C’est vrai que s’ils mangeaient du fruit de l’arbre de la connaissance, leurs yeux s’ouvriraient, et ils connaîtraient le bien et le mal, mais par eux-mêmes, au lieu de le connaître par une pure dépendance avec Dieu.

« La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea ». Et à ce moment précis, la mort les a touchés. Si vous lisez la suite, vous verrez qu’ils ne sont morts physiquement que neuf cents et quelques années plus tard. Mais à cet instant précis, leur esprit a été coupé de Dieu. C’est terrible de penser que cet esprit qui dépendait de Dieu, qui était uni à Dieu, qui ne faisait qu’un avec l’Esprit de Dieu a été coupé de Dieu, à cause de leur désobéissance.

Et tous les drames que les hommes ont pu connaître depuis des siècles étaient déjà tous inclus dans cette coupure entre Dieu et eux à ce moment-là. Avec la mort sont entrés le péché, la maladie, les infirmités, les ténèbres, la domination du diable sur l’humanité. Et les enfants qui sont nés après eux ne pouvaient pas naître d’un couple qui était en union avec Dieu, ils sont nés dans la mort. Ils sont nés de la chair, et la mort s’est répandue jusqu’à maintenant par Adam et Eve, jusqu’à nous. Nous sommes nés dans le péché, nés dans la mort sur cette terre.

Si la vie vous a réussi jusqu’à présent, si vous êtes jeunes et beaux, et riches, et intelligents, et cultivés, vous n’avez sans doute pas encore compris que vous êtes nés dans la mort. Vous savez que vous allez mourir physiquement un jour. Mais est-ce que vous avez compris que votre esprit est complètement coupé de Dieu ? Et que vous êtes en train de vous en sortir par vos propres forces comme Adam et Eve, dès le début ?

A partir du moment où leur esprit a été coupé de Dieu, ils n’avaient plus qu’une solution, c’est s’en tirer par leur propre force. Ils ne leur restaient plus que cette solution. Ils ne pouvaient plus dépendre de la vie de Dieu à chaque instant : la source était coupée. Il fallait qu’ils dépendent de leur intelligence, et Dieu nous a donné une intelligence qui est bien réelle. Il fallait qu’ils dépendent de leur savoir-faire. Il fallait qu’ils dépendent de tout ce qu’ils allaient être capables de faire par eux-mêmes. Il fallait aussi qu’ils puisent à d’autres sources mauvaises, comme celle du diable qui était là pour leur donner aussi tout ce qu’ils voulaient comme capacité de puissance diabolique, tant qu’ils restaient coupés de Dieu, pour les enfoncer dans la mort de plus en plus.

Il a fallu neuf cents et quelques années pour que la mort qui était dans leur esprit passe dans leur âme et dans leur corps. Ils avaient encore un corps qui sortait juste de l’immortalité. Il a fallu neuf cents années pour que la mort les imbibe dans tout leur être. Et on voit que dans la suite, la durée de vie diminue, diminue, diminue. Aujourd’hui, Dieu dit dans sa Parole que la durée normale de la vie d’un homme, c’est soixante-dix ans, quatre-vingts pour les plus vigoureux. « Les jours de nos années s’élèvent à soixante-dix ans, et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans ; Et l’orgueil qu’ils en tirent n’est que peine et misère, car il passe vite, et nous nous envolons » (Psaumes 90:10). Mais c’est tout, pour des êtres qui devaient vivre éternellement avec Dieu. Quelle tragédie, quelle catastrophe !

Et quand la mort fut entrée, lisons dans Genèse, au chapitre 3, au verset 8 : « Ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu ». Vous voyez qu’un être qui est mort spirituellement peut entendre la voix de Dieu. Mais la grande différence, c’est qu’ils n’étaient plus en communion avec Dieu.

« Ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu qui parcourait le jardin vers le soir ». Dieu savait ce qui s’était passé, il était attristé dans son cœur, il savait qu’il devait maintenant envoyer son fils pour mourir pour nous, à notre place. Il le savait de toute éternité, mais là les choses étaient en train de se préciser. L’homme avait touché à la mort, il fallait que quelqu’un d’autre meure à sa place, pour retrouver ce lien avec Dieu, cette communion avec Dieu qui existait au début. Et Dieu parcourt le jardin. « et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin ».

Au lieu d’accourir joyeusement vers leur Créateur avec qui ils étaient avant si unis, ils étaient séparés de lui, ils ont eu peur, ils se sont enfuis. Quand on ne connaît pas Dieu comme notre Père, on est rempli de peur et de crainte quand Dieu se manifeste. Mais le Saint-Esprit est toujours là pour nous montrer que Dieu est amour, et que c’est l’amour de Dieu qui nous attire à lui. Là, ils étaient coupés de la source d’amour, ils devaient sans doute se dire : “Maintenant que toute relation est coupée, qu’allons nous bien devenir ? Qu’est-ce que Dieu va faire ? Quelle va être la solution de Dieu maintenant que nous sommes dans la mort ?

« Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? » (Genèse 3:9). C’est la parole que Dieu t’adresse aujourd’hui ! Dieu te dit aujourd’hui : Où es-tu ? parce que Dieu te cherche pour rétablir entre toi et lui ce qui existait tout à fait au début. Dieu te cherche, il te cherche si tu ne le connais pas, et si tu le connais déjà, il te cherche pour se révéler encore plus. Il nous cherche ! Pourquoi nous cherche-t-il ? Pour nous attirer près de lui afin de continuer à déverser en nous sa vie. Il nous aime.

Il ne peut pas supporter de voir cet être qu’il a créé, coupé de lui, dans la mort, et il a dû envoyer son propre fils Jésus, dans une chair semblable à la nôtre. Le péché a été commis dans notre esprit au début, puis il s’est répandu dans l’âme et dans le corps : tout a connu la mort. Quand nous naissons aujourd’hui, nous sommes déjà coupés de Dieu. On se rend compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas, il y a un vide dans le cœur de chaque homme, et de chaque femme qui vient dans ce monde. L’homme essaye de combler ce vide de toutes les manières possibles, mais ce vide ne peut-être comblé que par la présence de Dieu.

Pour qu’il y ait cette présence de Dieu, il faut que le Seigneur Jésus intervienne, parce que nous sommes nés dans le péché, et le péché c’est la séparation entre Dieu et nous. Nous sommes nés dans le péché, et nous avons péché, et cela nous a coupé de Dieu à notre tour. Et nous devons comprendre que pour rétablir cette relation qui a été perdue, il y a dans le fond du cœur de l’homme un paradis perdu qu’il cherche en permanence. Certains vont le chercher à Katmandu, ou dans le sport, ou dans l’amour humain, ou ailleurs. Mais ce paradis perdu ne peut-être trouvé qu’en Jésus-Christ.

Jésus-Christ est venu dans une chair semblable à la nôtre (dans un corps semblable au nôtre), parce que le péché est consommé dans la chair, c’est toujours par-là que finit la consommation du péché. Il peut commencer dans le cœur, par une tentation à laquelle on cède, mais ensuite, quand il est consommé, ça se traduit au niveau du corps. Vous pouvez prendre n’importe quel péché, il va se consommer finalement au niveau du corps. Il fallait que Jésus vienne en chair pour qu’il connaisse dans sa chair la mort à notre place, pour que nous puissions, si nous croyions en lui, retrouver la vie éternelle qu’Adam et Eve avaient au début.

A suivre …

Henri VIAUD-MURAT
source : nycodem.net