[ A+ ] /[ A- ]

Il existe un grand danger, celui de faire une fausse confession, une fausse affirmation.

En confessant nos craintes et nos doutes, nous donnons la primauté à Satan; en confessant la maladie, nous créons notre propre captivité, en confessant notre pauvreté ou notre pénurie, nous en devenons les esclaves; et lorsque nous confessons notre incapacité malgré le fait que Dieu a dit être notre force, toutes ces confessions mettent Dieu à l’écart et donnent libre cours à Satan.

Elles renient Dieu et honorent le diable. Confessons, au contraire, que « le Seigneur est mon Berger et je ne manque de rien ». Vous n’avez plus peur et vous le dîtes à voix haute. Dîtes « Mon Père est plus grand que tous (Jean 10:29).

Les mots que nous employons nous tiennent captifs ou ils nous libèrent.

Il peuvent nous emprisonner et nous priver de notre liberté en Christ. Mal. 3:13 : « Vos paroles ont été fortes contre moi dit l’Éternel » C’Est-ce qu arrive lorsque nos paroles sont en confit avec la Sienne. Amen